Une oeuvre gonflable pour bébés a été mise en musique par l’artiste expérimental Dominique Dalcan

Écrit par Nezha Banjai-Duchan
Le 13.06.2019, à 12h48
02 MIN LI-
RE
©D.R.
Écrit par Nezha Banjai-Duchan
Pour mettre en musique une œuvre gonflable de la designeuse Laure Jaffuel, l’artiste sonore Dominique Dalcan a créé une bande-son pour les bébés : un vrai challenge. Cette « Symphonie de l’air », inspirée des sonorités du souffle et des bruits de cloches, sera diffusée au centre mille formes à Clermont-Ferrand, du 25 mai au 14 juillet.

En assemblant électronique et acoustique, Dominique Dalcan est considéré depuis les années 90 comme un précurseur de la nouvelle pop music française. Le Centre Pompidou a fait appel à l’artiste pour créer une bande-son, liée à une oeuvre gonflable pour enfants réalisée par la designeuse Laure Jaffuel. Une oeuvre exposée au mille formes de Clermont-Ferrand, « premier centre pérenne d’initiation à l’art pour les 0-6 ans en France ».

Les tonalités explorées : des sifflements, des souffleries, des ventilations et des vibrations. Composée à l’aide de bruits organiques, la création de Dominique Dalcan chercher à créer, à partir de ces sonorités une symphonie, le tout lié à l’oeuvre de Laura Jaffuel. Avec son passé de producteur électronique pour les musées, le challenge était fait pour Dominique. « C’est une audience excessivement jeune, 0 à 6 ans… c’est énorme (rires) ! Je ne savais pas trop quel impact cela pouvait avoir sur eux », explique l’artiste.

   À lire également
Les Victoires de la musique consacrent le précurseur de la french touch Dominique Dalcan

Par peur « d’effrayer » ces enfants du plus jeune âge, Dominique a dû faire face à une contrainte majeure : « Il fallait trouver une harmonisation avec le son. Lorsqu’on l’écoute, on se rend compte qu’il y a un mariage naturel dans l’audio, il y a très peu de sons, ils vont tous très bien ensemble ». L’installation étant située en Auvergne, Dominique a été immédiatement inspiré par l’espace naturel des alentours : « J’ai enregistré ce vent spécifique que l’on nomme la Burle, il est propre à cette région. Un peu plus loin vers les montagnes, je pouvais entendre des bruits de cloches ».

En insérant de légers bruits métalliques et industriels, c’est finalement la confrontation entre la nature et l’impact de l’Homme sur son environnement qui est reflété à travers ces enregistrements. Mais pourquoi ne pas avoir ajouté également des parties vocales ? « En mettant dans l’équation tous ces éléments, il n’était pas question de mettre des paroles. Il fallait que ce soit très sensoriel » explique l’artiste.

Créer de la musique électronique ou expérimentale pour les enfants de moins de 6 ans est un concept relativement nouveau. Faudrait-il le développer davantage ? Selon Dominique, la sensibilisation à l’audio est capitale. « C’est un enjeu culturel pour les années à venir. Il faut apporter la musique chez les jeunes de manière intelligente et utiliser le son comme une matière organique avec des éléments naturels, comme on peut le faire pour la peinture ! ».

   À lire également
Grâce au “Babypod”, les bébés vont pouvoir écouter de la musique dans le ventre de leur mère


Le Centre mille formes est un réel territoire d’expérimentation artistique pour les enfants de 0 à 6 ans. Il fusionne des espaces de recherche, de convivialité, de créativité et d’échanges. 

Toutes les informations sur l’événement et la programmation du mille formes sont à retrouver sur leur site Internet.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant