Un des plus grands festivals du monde interdit la vente de bouteilles en plastique

Écrit par Léna Baux
Le 04.03.2019, à 17h14
02 MIN LI-
RE
©EPA
Écrit par Léna Baux
Les organisateurs de Glastonbury en Angleterre ont annoncé que la vente de bouteilles en plastique à usage unique serait désormais interdite au sein de leur festival. L’événement économisera ainsi plus d’1 million de bouteilles à partir de l’édition 2019, qui aura lieu du 26 au 30 juin prochain.

L’équipe de Glastonbury a annoncé que la vente de bouteilles en plastique serait désormais interdite sur le site du festival, ce qui permettra d’économiser plus d’un million de bouteilles – la quantité vendue habituellement à chaque édition – à partir de l’édition 2019. En dehors des points de vente, les coulisses, la production ou les vestiaires du festival seront également concernés par ce bannissement. Les boissons gazeuses et l’eau seront désormais disponibles en canettes. La mesure devrait permettre d’augmenter significativement la quantité de canettes en aluminium recyclées par le festival, qui s’élevait déjà à « 45 tonnes en 2017 », rapporte BillBoard. Les 40 tonnes de plastique recyclées la même année devraient, quant à elles, être fortement réduites.

« C’est primordial pour notre planète que nous réduisions tous notre consommation de plastique », déclare Emily Eavis, co-organisatrice du festival, dans un communiqué rapporté par le site américain. « Et je suis ravie qu’ensemble, nous soyons en mesure d’empêcher plus d’un million de bouteilles en plastique à usage unique d’être utilisées à l’édition de cette année. »

Glastonbury n’interdira pas les festivaliers d’apporter leur propres bouteilles en plastique mais les invite à utiliser des contenants réutilisables à la place, qui peuvent être remplis à de nombreux robinets d’eau potable, disposés sur tout le site du festival. Les organisateurs déclarent avoir « une alimentation en eau provenant de Bristol, de la même qualité que celle qui coule des robinets de vos maisons ».

« Nous sommes tous impliqués dans la lutte contre le plastique. C’est une tâche énorme mais qui est négligée depuis trop longtemps, et c’est notre devoir d’avancer dans la bonne direction. », ajoute Emilie Eavis lors d’une interview accordée au journal britannique The GuardianSelon Greenpeace – l’un des partenaires du festival – jusqu’à 12,7 millions de tonnes de plastique finiraient dans l’océan chaque année.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant