Un collectif va créer une « ville miniature » à Saint-Denis pour deux jours de festival électronique

Écrit par Julie Radix
Le 11.06.2019, à 11h31
02 MIN LI-
RE
Écrit par Julie Radix
Les 15 et 16 juin prochains, le collectif El Hey va investir l’Espace Imaginaire à Saint-Denis pour donner vie à une ville miniature sur le thème de la fête. ARK alleluyark, Antoine Calvino, Flégon… Pour sa première édition, le festival Bons Baisers de El Hey mise sur le mélange musical et social. 

Une ville utopique festive, construite au coeur de l’Espace Imaginaire à Saint-Denis: tel est le concept du Festival Bons Baisers de El Hey, organisé pour la première fois les 15 et 16 juin par le mythique collectif du même nom. Sur place, les visiteurs pourront venir danser devant « l’Hôtel de Vrille » et sur le « Périféérique », se restaurer à la cantine, et même changer de coupe au salon de coiffure en plein air. Géré à 100% par des bénévoles et l’association organisatrice, l’évènement revendique un véritable assemblage social et culturel. 

Et sa programmation le confirme, affichant autant de DJ’s habitués des clubs que d’artistes du milieu alternatif de la fête. « Nous aimons autant ces deux mondes et nous aimerions qu’ils soient moins cloisonnés », justifie Antoine Lévy, l’un des organisateurs. En tête de la line-up, le chien fou de la techno minimale ARK alleluyark, qui écume les dancefloors depuis près de 20 ans. Le samedi, Yosh livrera un set house musclé sur la scène de l’Hôtel de Vrille, suivi par le collectif parisien Slowciety et sa deep techno envoûtante. Au programme du samedi également, la prestation oscillant entre disco et techno d’Inès MBRK, le mélange de funk et de breakbeat des 3 DJ’s de Flégon et les coups de synthés stridents de Nico 100 coins

   À lire également
Comment le festival Le Bon Air a montré le future de la Club music 

Pour le deuxième jour, l’italo-français Craig Ouar offrira aux festivaliers un set disco, afro, soul et house, tandis que le collectif Pardonnez-Nous les fera danser grâce à leur prestation endiablée. Antoine Calvino, coorganisateur des fêtes Microclimat, s’occupera du closing avec son mix house nourri d’influences sud-américaines et new wave. 

Un festival prometteur, qui n’est pas le premier évènement organisé par le collectif. Le 16 janvier dernier, il avait déjà transformé la Rotonde Stalingrad en vaste club électronique. 6h de techno, micro, disco et funk avait donné une idée de ce à quoi pourrait ressembler la ville imaginaire du week-end prochain.

Toutes les informations et la billetterie sont disponibles sur la page Facebook de l’événement. 

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant