Trax Mix Series : Lena Willikens livre 1H de mix transcendantal à écouter les yeux fermés

Écrit par Flora Santo
Photo de couverture : ©D.R.
Le 07.12.2020, à 17h53
02 MIN LI-
RE
©D.R.
Écrit par Flora Santo
Photo de couverture : ©D.R.
Imprévisible, la productrice allemande Lena Willikens est célèbre pour ses sets inclassifiables et son style constamment renouvelé. Aujourd’hui, elle mixe pour Trax un podcast expérimental, exprimant « désorientation, colère et chagrin », à écouter « en faisant sa lessive ».

C’est à Düsseldorf, la ville de Kraftwerk, où elle emménage pour ses études d’art, que Lena Willikens découvre la musique électronique. Elle commence sa carrière dans le monde de la musique en 2006, en tant que physionomiste pour le Salon des Amateurs, un petit bar au centre de la communauté artistique locale, où elle finit par être embauchée comme DJ résidente deux ans plus tard. Aujourd’hui, la productrice allemande, désormais basée à Amsterdam, est une figure unique de la scène électronique. Connue pour ses sets libres et imprévisibles, elle n’aime pas mettre de mot sur sa musique et se laisse elle-même surprendre par ce qu’elle fait. « Ce que j’aime le plus quand je produis ou mixe, c’est le moment où mon cerveau arrête de fonctionner et où je ne réfléchis plus », expliquait-elle en 2015 à Ransom Note. « J’aimerais vraiment pouvoir transporter ce sentiment dans la foule et j’aimerais que leurs cerveaux s’arrêtent aussi pendant qu’ils dansent. »

Aujourd’hui, Lena Willikens livre pour Trax un mix mystérieux et trépidant, caractéristique de sa signature complexe et expérimentale, cherchant à exprimer « désorientation, colère et chagrin ». Entre sonorités tribales, résonances industrielles et bruits humains, ce podcast inclassable donne un aperçu de ce qu’aime Willikens, dans sa volonté de liberté, d’expansion et de renouveau infini. « De nos jours, jouer de la dance music toute seule dans mon salon – après ne pas avoir dansé devant une foule pendant si longtemps – m’est presque nostalgique », explique-t-elle. « Et je n’aime pas la nostalgie ! Je n’avais pas l’intention de faire un mix de danse mais ça a fini par en être un… » Enregistré chez elle à Amsterdam aux côtés de ses deux chats, c’est un mix à écouter « en faisait sa lessive », selon la productrice. On éteint son cerveau et on se laisse transcender.

Tracklist

  • MYKI – Stalactite (Tofistock)
  • Kincaid – Pipe Up
  • Upsammy – Worm (forthcoming on Dekmantel)
  • Hoshina Anniversary – Jojou
  • unknown – unknown
  • Emmanuelle Parrenin / Detlef Weinrich – Le Couple Coupable (forthcoming on Versatile)
  • Vadin – Sufi Trance (Utter)
  • Piezo – Blue Light Mama Magic (Hundebiss Records)
  • OKO DJ – The Witch (Dans les Lunes)
  • Curd Duca – Uaahh (Mille Plateaux)
  • Phantom Horse – Mynah Bird Sound (Umor Rex)
  • Upsammy – Spat (forthcoming on Dekmantel)
  • Fareed – Nord (Chambre Noir)
  • Newclear Waves – The Invader (Electronic Emergencies)
  • Retrograde Youth – orn
  • Marlene Stark – Was ist Feucht (Lustpoderosa)
  • Kakubo – Tarã (Gowpe)
  • Sun Genam — Pinski4ex (Traumgarten)
  • Significant Other – Second Skin
  • Basses Terres – Hebi No Tori (BFDM)
  • Kӣr – Basamaci (Kashual Plastik)
  • Israel Vines Tri Polar (Interdimensional Transmissions)
  • RX-101 – Hearts Utd. (Brainwaltzera remix) (Suction Records)

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant