À écouter : le meilleur des Trans Musicales 2019 en une playlist, par l’équipe du festival

Écrit par Cécile Giraud
Photo de couverture : ©Marion Bornaz
Le 05.12.2019, à 13h43
04 MIN LI-
RE
©Marion Bornaz
Écrit par Cécile Giraud
Photo de couverture : ©Marion Bornaz
Le coup d’envoi est lancé pour les Trans Musicales de Rennes. L’un des plus grands festivals français a démarré ce mercredi 4 décembre et promet 4 jours de fête mémorable. Pour se chauffer pendant l’apéro et rien que pour Trax, Mathieu Gervais, assistant de direction artistique en charge des relations internationales, a concocté une playlist spéciale Trans 2019. À vos oreilles !

Hadi Zeidan – “The Ballroom Blitz x Boiler Room”

DJ Libanais exilé à Paris et fondateur du Beyrouth Electro Parade, ce sont les
excellents DJs Ramin & Reda qui m’en ont parlé lors du festival Electron à Genève.

À voir : sur la scène “Green Room” le vendredi

Acido Pantera – “Tremenda Coleta”

Un mail perdu dans les méandres de la boite de notre webmaster nous ai finalement parvenu, 2 titres, une vidéo live, on était conquis.

À voir : dans le Hall 3, le jeudi

Meloman & Mani – “Vroum”

Jeune duo rennais, plutôt rap dans un premier temps, ils prennent un virage électronisant et un côté beaucoup plus pop (petit côté Kavinski/Moroder), on les accompagne avec Les Trans.

À voir : à l’Étage, le vendredi

Catnapp – “The Mover (feat Modeselektor)

Artiste d’origine Argentine vivant à Berlin, petite protégée du label Monkeytown, une vraie bombe sur scène, hâte de la voir !

À voir : dans le Hall 9 en ouverture, le samedi

Bantou Mentale
– “Mama Ho

Projet du batteur et compositeur cubain Kabeya, avec le guitariste Chicco Katembo, le chanteur Apocalypse ainsi que le compositeur-producteur Irlandais Liam Farrell (alias Doctor L). So international, so Trans Musicales !

À voir : à l’Ubu le mercredi

Driss Benis – “Rush“, tiré de l’EP Anticlimax

Producteur marocain et fondateur du label Casa Voyager, découvert via le copain Théo Muller !

À voir : sur la scène Green Room le jeudi

Edgar – “Felizes Eram Os Golfinhos”

Lui je l’ai vu au Brasil Music Summit à Sao Paulo, d’où il est originaire. Il est accompagné de 2 personnes qui jouent en live sur leurs bécanes. Pour les Trans il y aura un show visuel unique et 2 percussionnistes en plus, ça va être fort !

À voir : dans le Hall 9, le vendredi

Gezender – “Samadhi”

Un mec que j’ai vu à Sao Paulo lors d’une teuf dans un cinéma désaffecté, soirée de dingue avec une partie de Mamba Negra, crew LGBTQI+ ultra militant dont il fait partie, et un public de zinzins très hétéroclite. Son set a mis tout le monde d’accord.

À voir : sur la scène Green Room, le vendredi

Djedjotronic – “Are Friends Electric ?”

Déjà passé par les Trans en DJ set, mais ce sera un tout nouveau live qu’il présentera, tiré de son album sorti sur Boys Noize Records l’an passé. Attention exclu !

À voir : sur la scène Green Room, le jeudi

Shortparis – “Tyty”

Groupe influencé par Jean Claude Van Damme et la pop francophone des années 70 (de Mireille Mathieu à Jacques Brel), pourtant leur musique en est assez éloigné. Style darkwave avec un chant lyrique et puissant avec des percussions très présentes, c’est froid, venu de Russie, de Sibérie pour 3 des membres, et ça se ressent un peu. Vu à Brighton, énorme claque.

À voir : dans le Hall 9, le vendredi

Guiss Guiss Bou Bess – “Jigueenu Africa”

Projet du percussionniste, chanteur et danseur sénégalais Mara Seck avec Stéphane Costantini en 2016 (un Français installé à Dakar). Ils créent l’Electrosabar, inspiré du Sabar, qui est un chant mais aussi une danse.

À voir : dans le Hall 8, le vendredi

Mezerg – “One Man Band”

One man band avec piano, clavier électronique, batterie électronique aux pieds, et même depuis peu un thérémine. Il s’est fait connaître avec des vidéos dans des lieux insolites comme des fourgons, ses toilettes, sa salle de bain, et il qualifie sa musique de piano boom boom, c’est techno, house, avec claviers et piano jazzy. Le show des Trans sera une première et il est actuellement en résidence pour le travailler.

À voir : dans le Hall 3, le jeudi

Pletnev – “Peep Of Dawn”

Il nous vient de Vilnius mais est originaire de St Pétersbourg, je l’ai découvert en m’intéressant au label français Hard Fist sur lequel il a sorti un excellent EP cette année !

À voir : dans le Hall 9, le samedi

Acid Arab – “Club DZ” ou “Rimitti Dor”

Ils ont commencé aux Trans avec un DJ set d’anthologie, quoi de plus normal que de les accueillir pour ce premier live avec chanteurs, la mif !

À voir : dans le Hall 9, le samedi

Victor Ruiz – “Nimbus

C’est l’agent d’Alex Stein (vu aux Trans Musicales 2015) qui nous l’a proposé, je connaissais ses sets, il n’a pas joué en festival en France, on a foncé ! Il a notamment sorti des tracks sur Drumcode le label d’Adam Beyer ou encore sur l’excellent label Noir Music.

À voir : dans le Hall 9, le samedi

Marc Rebillet – “Reach Out

Moitié francais et américain, c’est le foufou de l’édition. Il compose en live ses titres, accompagné d’une loop station, d’un micro et de ses claviers. connu pour ses vidéos virales, aussi drôles que funky. Sa musique est clairement influencée funk/soul, mais aussi rap et électronique. On va passer un grand moment je crois.

À voir : dans le Hall 9, le vendredi

Surprenant set up puisque ce “groupe” techno est composé d’un soubassophone et d’une batterie améliorée. Ils sont de Rennes, on leur a proposé un filage à l’Ubu, et les voici aux Trans !

À voir : à l’Étage, le samedi

Toutes les informations et la billetterie sont à retrouver sur la page Facebook de l’événement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant