Teknival du 1er mai : La Région Centre-Val de Loire veut interdire le rassemblement

Écrit par Bartolomé Laisi
Photo de couverture : ©Vincent Toutain
Le 24.04.2019, à 16h45
02 MIN LI-
RE
©Vincent Toutain
Écrit par Bartolomé Laisi
Photo de couverture : ©Vincent Toutain
Une fois de plus, le teknival du 1er mai se tiendra dans l’illégalité. Dans la région Centre – Val de Loire, 6 préfets prennent les devants en publiant un communiqué interdisant la tenue de l’évènement.


Comme chaque année, le teknival du 1er mai cherche à poser ses valises en France et, a priori, devrait, une fois de plus, être placé sous le signe de l’illégalité. Lieu de revendication, de dénonciation et, en l’occurence, de répression de la part des autorités, le teknival est, depuis plusieurs années, un point de tension entre État et « teufeurs » réclamant plus de liberté. En réaction à l’évènement, les six préfets de la région Centre – Val de Loire ont pris des mesures préventives pour empêcher le rassemblement. Relayées dans un communiqué de presse, ces dernières étouffent dans l’oeuf tout espoir de discussion.

   À lire également
Comment le fonds de soutien au soundsystems défend les free parties face à la répression

Comme les années précédentes, du 25 avril au 7 mai, « les camions de plus de 3,5 tonnes transportant du matériel susceptible d’être utilisé pour une manifestation non autorisée » seront interdits à la circulation. L’objectif est en effet clair : réprimer « les rassemblements festifs à caractère musical (rave party, teknival …) autre que ceux légalement déclarés ou autorisés ». Pour se justifier, rapporte le site La Nouvelle République, la Préfecture de la région invoque le fait que, jusqu’à aujourd’hui, « aucune déclaration préalable exigée par la réglementation en vigueur dans le mois qui précède l’événement n’a été déposée ». 

Les organisateurs du rassemblement s’exposent donc à une amende de plus de 1500 euros. Inutile de préciser que le matériel sonore utilisé est susceptible d’être saisi. Ciblant également les festivaliers, le communiqué se ferme sur un triste lot de clichés. « Les participants du Teknival qui commettent diverses infractions : usage et trafic de stupéfiants, tapage nocturne, agression sonore, dégradation de biens, infractions routières et accidents de la route peuvent également être sanctionnés ».

Pour lire l’intégralité du communiqué, c’est ici

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant