À écouter : les meilleures sorties du moment écoutées par le grand Mehdi Maïzi

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©D.R
Le 20.02.2020, à 13h02
03 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©D.R
Le nouveau visage du journalisme rap, c’est celui de Mehdi Maïzi. Figure du webzine hip-hop de référence l’Abcdr du Son, des émissions No Fun, Deeper Than Rap ou plus récemment Rap Jeu, le commentateur est rarement amené à donner son avis sur la musique électronique. C’est dommage, parce qu’on dirait qu’il aime ça.  

Cet article est issu de la version papier de Trax Magazine 228, disponible depuis le début du mois de février en kiosques et sur notre store en ligne.

Par Mehdi Maïzi, propos recueillis par Maxime Jacob

1.Bufiman
“Galaxy” (Dekmantel)

Extrait du LP Albumsi, sorti le 20 janvier

Ce morceau, c’est l’équivalent des Air Max 720 dans le monde des sneakers : on dirait une vision du futur telle qu’on l’aurait eue dans les années 80. Il y a quelque chose d’assez désuet dans cette envolée cosmique et, en même temps, on pourrait presque voir ce track comme la célébration d’un temps lointain (comprendre les années 80). On l’écoute avec une forme de nostalgie.

2.Theo Parrish et Maurissa Rose
“This Is For You” (Sound Signature)

Extrait de l’EP This is For You, sorti en novembre 2019

Ce track dure 10 minutes et 26 secondes. Il est donc beaucoup trop long pour être écouté un lundi à 8h08 du matin. Ce que j’ai pourtant fait… Mais, ce lundi matin, c’est également le créneau que j’ai privilégié pour lancer l’interminable The Irishman, en passant un excellent moment malgré tout. Tout ce qui m’intéresse désormais, c’est d’en apprendre davantage sur Maurissa Rose.

3.Beatrice Dillon
“Workaround Two” (PAN)

Extrait du LP Workaround, sortie prévue le 7 février

Plonger dans “Workaround Two”, c’est accepter d’être bousculé avec délicatesse, violenté avec tact. Pour cela, je ne vois qu’une solution : l’enivrement le plus total, seul état possible pour comprendre ce qu’il se passe. Pas étonnant que cette artiste partage son patronyme avec celui d’une célèbre distillerie de rhum.

4.Master Flashhh
“Rawjeur” (Supergenius Records)

Extrait de l’EP Blue Eyes, sorti le 27 janvier

Rawjeur” nous rappelle que, contrairement à ce qu’on a tendance à croire, la fête est souvent plus belle lorsqu’elle se vit seul. Impossible de ne pas avoir envie de danser à l’écoute de ce titre, compliqué pourtant d’avoir envie de partager ce moment avec quelqu’un. Ces deux minutes exaltées représentent davantage un combat contre soi-même qu’une invitation au partage.

5.Yogtze
“Proxima” (Running Back)

Extrait du LP Yogtze, sorti le 17 janvier

Le jour où un réalisateur se décidera à faire un road-movie spatial, une sorte de Thelma et Louise 4.0 dans lequel un duo se mettrait à sauter de planète en planète sans autre but que de faire des rencontres et d’expérimenter de nouveaux breuvages, alors “Proxima” en sera la bande-son idéale.

6.ETM
“Con Otr@ Deberia Probar” (LowKeyMoves)

Extrait du LP Progresivo, sorti en décembre 2019

Il arrive que certaines des œuvres artistiques qui me procurent le plus de plaisir soient des choses que je ne comprends absolument pas. Au hasard : les textes de Lala &ce, la narration de Mulholland Drive, le surréalisme, Jake Gyllenhaal dans Enemy ou encore cet objet non identifié de ETM. En revanche, ça ne marche pas pour The Witcher, série aussi incompréhensible que détestable, ne regardez pas ça.

7.Vladimir Dubyshkin
“ Grasshopper’s Opinion” (Trip)

Extrait du LP Budni nashego kolhoza, sorti le 20 décembre

Vladimir Dubyshkin nous emmène dans une jungle sombre, mais chaude, où les chiens parlent comme dans Là-Haut, où les fruits sont délicieux, mais vénéneux, où l’ancien gouverneur de Californie s’est remis à traquer le Predator et où, pour survivre, il faut consommer des cachets roses. Je veux voir ça.

8.Deena Abdelwahed
“Lila Fi Tounes” (InFiné)

Extrait de l’EP Dhakar, sorti le 17 janvier sur InFiné

Petit, on a été éduqué avec l’idée que la cacophonie était forcément moche. S’il est vrai qu’il est impoli de parler tous en même temps, la musique nous a depuis longtemps donné des preuves que le chaos pouvait être sublime. Des productions azimutées du Bomb Squad pour Public Enemy à ce “Lila Fi Tounes” de Deena Abdelwahed, il n’y a qu’un pas et surtout un lien commun : ce puissant sentiment d’urgence.

9.Airod
“He Tried To Survive” (Molekül)

Extrait du LP Burn Injury, sorti le 27 janvier

Je ne connais absolument rien d’Airod ni de son background, mais je suis convaincu d’une chose : il ferait un excellent beatmaker rap. Tout le long de ce “He Tried To Survive”, j’entendais la voix goudronneuse de Jadakiss se poser dessus et sublimer l’instrumental. Une piste pour la suite peut-être.

10.Eris Drew
“Fluids of Emotion” (Interdimensional Transmission)

Extrait de l’EP Fluids of Emotion, sorti le 31 janvier

Il y a dix ans de cela, sur l’Abcdr du Son, mon collègue Raphaël da Cruz parlait en des termes élogieux de Kanye West et sa science du breakbeat. Quand j’écoute Eris Drew, je me dis qu’elle aussi, elle aime l’auteur de Graduation. Ou peut-être qu’elle a simplement lu les écrits de Raphaël.

Mehdi Maizi est sur Twitter.

Tous les mois dans Trax Magazine, une personnalité mélomane commente les dernières sorties de musique électronique. Le numéro 228 est toujours disponible en kiosques et sur notre store en ligne.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant