Si Trax devait envoyer une clé USB en Corée du Nord, que mettriez-vous dessus ?

Écrit par Trax Magazine
Le 11.02.2016, à 15h38
02 MIN LI-
RE
Écrit par Trax Magazine

Et si vous deviez envoyer une clé USB en Corée du Nord, que mettriez-vous dessus ? Une question un peu farfelue mais pourtant bien fondée grâce aux organisations Human Rights Foundation et Forum 280 qui lancent dès maintenant l’opération “Flash drives for freedom”.

L’idée est d’aider un groupe de réfugiés nord-coréens, “qui ont fui la dictature de leur pays et trouvé la liberté en Corée du Sud”, nous informe-t-on sur le site dédié à l’opération, en contribuant au mouvement en cours : “Introduire clandestinement des informations (data) sous la forme de clés USB ou de cartes SD à l’intérieur du pays”, précise également le très sérieux site américain Wired. “Les ordinateurs sont rares en Corée du Nord et Internet n’est accessible qu’à une certaine élite. Mais des lecteurs vidéos chinois compatibles avec les clés USB (des “notels”), et même des smartphones, sont de plus en plus communs.” 

Alex Gladstein, directeur de la stratégie chez Human Rights Foundation, précise sur le Huffington Post : “C’est une technologie viable qui fonctionne là-bas, que les Nord-Coréens considèrent comme un moyen d’atteindre les gens.”

La solution est donc toute trouvée : des clés USB, bourrées de toute sorte de culture. “Dans la société la plus fermée du monde, les clés USB sont des outils précieux pour l’éducation et la découverte (…) Remplies de films, de livres et d’explications, elles sont des fenêtres sur le monde”, lisait-on également sur “Flash drives for freedom”.


Pots de vin et ballons à l’hélium

Bien que les informations de nos clés USB sont censées être supprimées et remplacées par celles choisies par les organisations, rien ne nous empêche de leur donner des idées, voire même d’espérer qu’ils garderont nos fichiers intacts. Si, pour nous, il s’agit d’envoyer nos clés USB à une seule et unique adresse, les groupes qui se chargent ensuite de les “distribuer via leurs réseaux” (comme North Korean Strategy Center, North Korean Intellectual Solidarity ou Fighters for a Free North Korea) ont déjà fait preuve d’imagination pour arriver à leurs fins : en septembre 2014, comme le raconte le Huff Post, “les activistes qui participent aujourd’hui à cette opération s’étaient illustrés en faisant passer en Corée du Nord des films comme Lucy, 22 Jump Street ou des épisodes de la série Friends, en soudoyant des douaniers, à la frontière sud-coréenne, avec de l’argent, des cigarettes ou de l’alcool. En avril, certains avaient même envoyé, grâce à des ballons remplis d’hélium, 10 000 copies de L’Interview qui tue !, le film qui voulait tuer Kim Jong-un.


À vous de jouer

À la rédaction, la clé USB est branchée, reste à savoir quoi mettre dessus. Un DJ set de Laurent Garnier au Rex Club ? La discographie d’Aphex Twin ? Notre interview traduite en coréen sur la naissance de la techno ? Tout est possible et vous avez sûrement des idées. Si vous voulez participer à ce projet, laissez-les nous en commentaire du post Facebook de cet article, ou simplement ci-dessous, et nous tâcherons d’en sélectionner les meilleures.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant