TRAX 220  - avril 2019

Ils ont mis la rave au musée

4,956,95
Effacer
Vous aurez accès à la version numérique
de ce numéro depuis votre compte TRAX.

Quelle émotion de voir Kraftwerk, Daft Punk, Laurent Garnier, Jean-Michel Jarre, Underground Resistance mis à l’honneur dans la grande exposition Electro de la Philharmonie ce mois-ci. En 40 ans, la musique électronique est devenue plus légitime, plus populaire et plus acceptée par des centaines de milliers de personnes. Logique donc, qu’aujourd’hui, cette musique de laboratoire, de piaules d’étudiant et d’usines en friche résonne dans un white cube. Mais qui a fait rentrer la rave au musée, et doit-on s’en inquiéter ? Car finalement, est-ce qu’une culture vivante, faite de live et de mouvements, a sa place dans un espace où l’art se fige ?

Les artistes eux-mêmes sont venus la chercher. En 1965 déjà, à Rome, trois architectes transforment le dancefloor du Piper en œuvre d’art sonore, lumineuse et humaine et ouvre à la voie aux autres Hacienda, Studio 54 et Palace. Puis avec Keith Haring, qui, en dessinant Larry Levan et en peignant sur le corps nu de Grace Jones au Paradise Garage en 1984, pousse des scénographes, artistes, danseurs, cinéastes ou peintres, à transposer le choc esthétique des musiques électroniques dans leurs œuvres. Aujourd’hui, la question se pose : et si cette culture rebelle portait la même démarche que celles des beaux arts contemporains ? C’est ce que semblent montrer les collaborations sans retenues entre cinéastes et compositeurs de musique électronique, ou bien l’algorave, ce jeune mouvement, fluide, inclusif et performatif, à la croisée du live coding et de la techno. Au musée, ces cultures nous apparaissent sous un autre jour : plus sages certes, mais aussi, une fois re-contextualisées, plus riches. Il faut parfois qu’un vinyle s’arrête de tourner pour que l’on puisse admirer le travail d’un talentueux dessinateur sur son macaron. Les musiques électroniques méritent bien qu’on leur consacre ce temps-là.

A découvrir aussi :

En ce moment: En backstage de la rave pour le climat

Portfolio : quand la rave entre au musée

Rencontre : Xavier Veilhan, le sculpteur passionné qui reproduit à la perfection les artistes de musique électronique français

Lecture : Cinematech, la bible de la musique électronique au cinéma

Rencontre : Victor Rosado, ancien protégé de Larry Levan et résident du Loft et Paradise Garage «Une fois, pendant un show, un gars s’est moqué de Grace Jones. Elle l’a tabassé sur scène et l’a viré.»

Reportage : dans les coulisses du live d’FKJ au milieu du plus grand désert de sable en Bolivie

A lire aussi :

Styles… l’apocalypse selon Kompromat / Le regard mode… la «hardcore couture» de Marine Serre «Masques-harnais, filets de pêche, cartes SIM et latex noir» / Derrière un disque… Kap Bambino, effréné / Les disques du mois… Varg, Labelle, Skee Mask, The Pilotwings / Les nouveautés de… Daniel Avery et OKO DJ / Mixologie… les cocktails-parfums de Florian Thireau / Le dernier mot… d’Apparat

Abonnements &
offres exclusives

Abonnement TRAX 2 ans

  • Inclus 20 numéros + 1 numérique offert
  • Accès à la version numérique ou papier + numérique
  • Tous les numéros en numérique sur ton compte Trax
À partir de : 49,00 tous les 2 ans
En savoir plus

Abonnement TRAX 1 an

  • Inclus 10 numéros + 1 numérique offert
  • Accès à la version numérique ou papier + numérique
  • Tous les numéros en numérique sur ton compte Trax
À partir de : 29,00 / an
En savoir plus

Commandez les

anciens numéros

TRAX 227  - décembre 2019

Videurs & physios, 30 pages de bagarre, de gruge et d'amour

4,956,95
En savoir plus
TRAX 226  - novembre 2019

L'union fait la fête

4,956,95
En savoir plus
TRAX 225  - octobre 2019

Maghreb, la puissance

4,956,95
En savoir plus
TRAX 224  - septembre 2019

Concrete, il était un petit navire

4,956,95
En savoir plus