TRAX 224  - septembre 2019

Concrete, il était un petit navire

4,956,95
Effacer
Vous aurez accès à la version numérique
de ce numéro depuis votre compte TRAX.

Dernière traversée

2011-2019. Huit années de fêtes, de musiques, de danse et d’amour. Huit années passées à redynamiser Paris et à faire de la capitale l’un des épicentres de la nuit européenne. Puis l’aventure Concrete s’est achevée sans crier gare, prenant tout le monde par surprise. Un numéro hommage s’imposait.

Il a d’abord fallu ressusciter le navire. Le talentueux Olivier Blanchin signe notre couverture, librement inspirée des affiches années 50 de la compagnie générale Transatlantique. Certes, Concrete n’a jamais fendu l’océan. Mais ce fut quand même un sacré voyage, non ?

Les marathoniens Axel Cadieux et Patrick Bona ont suivi les 60 heures de l’ultime “vendredimanche” de Concrete. Reportage en forme d’adieu, où l’on croise un ado de Garge-lès-Gonesse devenu programmateur du plus influent club de France, San Proper gueulant “Paris is back, motherfuckers !”, un DJ booth digne d’un ring de boxe, un fêtard accompagné de ses parents, Kerri Chandler qui s’envoie des shots, des mariages, des ruptures, des souvenirs qui débordent. Et Anne Hidalgo, venue faire l’after. Elle veut y croire : « Nous retrouverons sans doute un bateau sur la Seine qui permettra à Concrete de revenir. » Son interview exclusive est signée Jean-Paul Deniaud.

Puisque Concrete a pris le large, nous aussi. Dans ce numéro également, Simon Clair s’envole pour la Corée. Pays du Matin calme, où les nuits ne le sont pas du tout. Il signe le guide parfait de la fête à Séoul : meilleurs clubs, DJ’s à ne pas manquer, remèdes anti-gueule de bois à base de poudre de larve… Toutes les choses à savoir pour plonger dans les fiévreuses nuits coréennes. Toujours dans ce dossier : Peggy Gou, la Beyoncé de la techno partie pour conquérir le monde ; le scandale du Burning Sun, ce club du quartier de Gangnam (oui, celui de “Gangnam Style”) d’où part l’une des plus grosses affaires criminelles du pays, où se mêlent K-pop, GHB et snuff movies.

À lire également dans le Trax 224 : un chapitre de Techno Rebels, le livre culte sur l’histoire de la techno traduit pour la première fois en français ; notre récit d’une sex party, ces parties fines où se mêlent libertinage et militantisme ; Pierre Gaignard, l’artiste du Wonder qui mêle méchoui et rituels païens ; la bande-son de notré été signée Channel Tres ; les meilleures releases du mois chroniquées par Steffi et Virginia du panorama bar…

Abonnements &
offres exclusives

Abonnement sans engagement

  • Un numéro par mois
  • Résiliez quand vous voulez
  • Accès à la version numérique ou papier + numérique
À partir de : 3,00 / mois
En savoir plus

Abonnement TRAX 2 ans

  • Inclus 20 numéros
  • Accès à la version numérique ou papier + numérique
À partir de : 49,00 tous les 2 ans
En savoir plus

Abonnement TRAX 1 an

  • Inclus 10 numéros
  • Accès à la version numérique ou papier + numérique
À partir de : 29,00 / an
En savoir plus

Commandez les

anciens numéros

TRAX 226  - novembre 2019

L'union fait la fête

4,956,95
En savoir plus
TRAX 225  - octobre 2019

Maghreb, la puissance

4,956,95
En savoir plus
TRAX 223  - juillet 2019

Amour(s), fier, futur, fluide ❤

4,956,95
En savoir plus
TRAX 222  - juin 2019

Free Party le peuple qui danse

4,956,95
En savoir plus