La scène électronique britannique demande à l’État de l’inclure en urgence au plan de sauvetage

Écrit par Sarah Pince
Photo de couverture : ©Nick van Den Berg
Le 02.10.2020, à 14h54
02 MIN LI-
RE
©Nick van Den Berg
Écrit par Sarah Pince
Photo de couverture : ©Nick van Den Berg
Face à l’ampleur de la crise qui touche actuellement la musique électronique, les acteurs de la scène britannique appelle le gouvernement à agir. Dans la lignée de #LetUsDance, une nouvelle campagne sous le hashtag #WeMakeMusic demande d’inclure en urgence la musique électronique dans le plan de sauvetage de la culture.

Alors que la mairie de Londres a récemment annoncé un financement de £450,000 pour soutenir les salles de concert, une pétition en ligne alerte de nouveau face à la situation d’urgence dans laquelle se trouve le secteur événementiel à travers le pays. Sur son site, la campagne #WeMakeEvents demande à l’Etat britannique une subvention pour couvrir tous les frais liés à l’annulation des événements en raison de la Covid-19, des tests pour le public, et une extension de trois ans de la réduction de la TVA notamment sur les tickets ou le loyer.

Ces dernières semaines, la mobilisation de la scène britannique s’est heurtée au renforcement des mesures sanitaires. Après l’annonce du couvre-feu à partir de 10 heures pour les bars, clubs et restaurants, la ministre Gillian Keegan a partagé un avis tranché sur l’avenir du secteur. « Il est difficile de voir comment les clubs peuvent rouvrir temps que nous n’avons pas trouvé un moyen de gérer le coronavirus sur le long terme », a déclaré la ministre conservatrice sur le plateau de Sky News le 29 septembre dernier, recommandant également aux musiciens de se trouver une autre occupation…

Cette nouvelle pétition fait suite à une première mobilisation avec la campagne #LetUsDance. Lancée en juillet dernier sur le site du parlement britannique, la pétition demandait l’intégration du secteur des musiques électroniques au plan de relance. Dans une lettre ouverte publiée dans le cadre de la campagne, le Night Time Industries Association dénonçait le manque d’engagement des pouvoirs publiques : « Le gouvernement n’est pas parvenu à apporter un soutien spécifique aux festivals, clubs et lieux de fête britanniques ».

En quelques mois, la pétition a cumulé plus de 60 000 signatures. Après 10 000 signatures, le secteur avait obtenu du gouvernement un budget de 2,25 millions de livres pour soutenir les lieux de diffusion de musique. Passée la barre des 100 000 signatures, la pétition pourra faire l’objet d’un débat au parlement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant