Les Anglais demandent à l’État la fermeture des lieux culturels pour les sauver de la faillite

Photo de couverture : ©D.R
Le 17.03.2020, à 15h43
02 MIN LI-
RE
©D.R
Photo de couverture : ©D.R
Au Royaume-Uni, une pétition vient d’être lancée, demandant au Premier ministre la fermeture des bars, clubs, théâtres. En effet, sans l’injonction du gouvernement, ces lieux culturels ne pourront pas demander aux assurances de dédommager les pertes financières auxquelles ils doivent faire face.

Une pétition, lancée par une Anglaise dans la nuit de lundi 16 mars, demande au Premier ministre britannique Boris Johnson d’imposer officiellement la fermeture des clubs, bars et lieux culturels du Royaume-Uni. Cette demande fair suite à l’allocution du Premier ministre quelques heures plus tôt, qui recommandait aux Britanniques de limiter les contacts non-nécessaires avec les autres, de rester chez soi autant que faire se peut, et d’éviter les lieux publics tels que les pubs, les clubs et les théâtres.

Si ces consignes suivent celles qui s’appliquent désormais en France et en Italie, elles ne s’accompagnent cependant pas de la même interdiction gouvernementale imposant la fermeture à ces établissements. Cela implique alors que les clubs, restaurants, bars et théâtres, bien que contraints d’annuler ou de reporter leur programmation, ne pourront pas demander aux assurances de couvrir leurs pertes. « Les employés risquent de perdre leur emploi et de nombreux pubs et autres lieux culturels qui peinaient déjà à survivre vont fermer pour de bon », déclare la pétition. Et d’ajouter : « Sans la possibilité de réclamer le soutien des assurances, les petits lieux culturels vont devoir licencier leurs équipes avant de fermer définitivement leurs portes.Il n’y a été fait aucune mention d’une quelconque forme de soutien pour ces lieux et leur personnel. »

La pétition a dores et déjà récolté plus de 15 000 signatures, et demande au gouvernement :

  • d’imposer la fermeture des lieux publics pendant la période de crise sanitaire, pour qu’ils puissent demander dédommagement aux assurances,
  • de mettre en place un “pack de soutien d’urgence” pour les employés affectés par cette législation
  • de mettre en place une autre forme de soutien dédié aux établissements leur permettant de réouvrir leurs portes une fois le virus contenu.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant