À écouter : Ross From Friends est de retour avec un nouvel album qui mêle club et apaisement

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Fabrice Bourgelle
Le 20.10.2021, à 14h26
03 MIN LI-
RE
©Fabrice Bourgelle
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Fabrice Bourgelle
0 Partages
Avec son second album, Tread, le producteur anglais Ross From Friends allie la culture club, dont le public a tant besoin en ce moment, à ses longues plages sonores apaisées. Sans jamais regarder en arrière, toujours en renouvelant sa patte musicale.

Par Brice Miclet

Après des mois sans club, après les confinements successifs, de quoi le public a-t-il besoin ? Vaste question à laquelle Ross From Friends apporte un élément de réponse : pour lui, il faut amener de l’énergie musicale, faire se lever les esprits et les corps engoncés depuis trop longtemps dans les canapés. Voilà pourquoi les deux premiers singles de son nouvel album sont si dansants. Certes, le producteur anglais n’en est franchement pas à son premier coup d’essai. Mais il est clair que “The Daisy” et “Love Divide” n’y vont pas par quatre chemins. Ce nouvel album, intitulé Tread, non plus. Et tant mieux.

L’attrait du sampling

Il y a six ans, Felix Weatherall de son vrai nom commettait un superbe coup de force avec son titre “Talk To Me You’ll Understand”. Une bombe lo-fi au groove parfait qui l’avait alors placé parmi les nouveaux espoirs du genre. Et l’avait peut-être un peu enfermé dans une case, soyons honnêtes. Mais que les choses soient claires : cela fait belle lurette qu’il s’est mis à explorer d’autres contrées sonores, notamment avec son premier album, Family Portrait, sorti en 2018.

De ses racines musicales, Ross From Friends a tout de même conservé un attrait évident pour le sampling, l’un de ses outils de base. « C’est une source d’inspiration inépuisable », explique-t-il. « Je peux parfois passer des heures à travailler sur un track, à essayer de briser ce mur invisible pour en faire un bon morceau. Et le sampling permet cela, peut tout débloquer instantanément. » Le titre “A Brand New Start” en est la parfaite illustration. Une culture qu’il puise, entre autres, chez les membres de l’écurie Stone Throw, notamment le génial Madlib. « Dans l’une de ses interviews, il explique que parfois, tout ce dont tu as besoin, c’est d’un sample. Il peut se suffire à lui-même. Mais il faut le trouver. »

©Fabrice Bourgelle

Besoin d’indépendance

Ce que le producteur chérit également, ce sont les longues digressions instrumentales, linéaires, le clame et, parfois, la volupté. En témoignent les titres “Run” et “Morning Sun In A Dusty Room”, stigmates du processus de composition solitaire du musicien. « C’est comme ça que je travaille, il faut que je sois seul en studio », avoue-t-il. « Collaborer avec d’autres artistes n’est pas naturel chez moi. Mais sur scène, j’ai besoin de m’entourer de musiciens, d’interagir. »

L’aspect collectif, c’est également le fait d’être signé sur Brainfeeder, maison de disques de l’éminent Flying Lotus, et ce depuis 2017. Mais c’est également animer un show sur Radio 1 depuis 2018. Grâce à son émission, Ross From Friends a commencé à recevoir des centaines de tracks venant d’artistes indépendants. Pour les faire émerger, pour leur donner l’écho qu’ils méritent, il a créé Scarlet Tiger, son propre label, cette année. « Ca n’est pas un outil économique. Je le vois plutôt comme une plateforme de diffusion, comme une nouvelle corde à mon arc me permettant d’être plus libre. » Délivré des cases musicales, libéré des formats et des a priori sur sa musique, Ross From Friends ajoute donc une nouvelle page à sa carrière, savant équilibre entre ce que l’on sait de lui et ce qu’il nous donne de nouveau à découvrir.

Tread sort ce 22 octobre sur Brainfeeder.

Ross From Friends jouera au Trabendo le 4 novembre prochain. Pour la billetterie, rendez-vous sur Dice.fm.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant