Report : Molécule a offert la toute première performance live contrôlée par la pensée

Écrit par Antonin Gratien
Photo de couverture : ©Sarah Bastin
Le 23.05.2022, à 11h24
03 MIN LI-
RE
©Sarah Bastin
Écrit par Antonin Gratien
Photo de couverture : ©Sarah Bastin
0 Partages
Le musicien français connu pour son approche expérimentale a repoussé les limites de l’innovation en livrant un show électrisant basé sur une neuro-technologie d’avant-garde. Un inédit mondial, chapeauté par The Absolut Compay Creation.

Grande était l’attente de la foule, mercredi 18 mai dernier, devant la scène dressée sous la halle du CENTQUATRE-PARIS. Le motif ? Un rendez-vous aux promesses déroutantes. Celles d’une prestation jamais vue, la Brain Performance Mix (BPM), née de l’improbable rencontre entre la maestria au pad du DJ et producteur Molécule et… Une machine. Plus précisément un casque positionné à l’arrière du crâne qui, via le décodage en temps réel les signaux émis par le cortex visuel de l’artiste, transforme ces informations en commandes digitales à la manière d’une « troisième main ». Voire d’un nouvel instrument. Grosso modo, chaque image mentale est traduite en son. Ce grâce à une technologie un peu décalée, franchement audacieuse et carrément futuriste concoctée par la société NextMind. Un outil d’un genre visionnaire qui a fait carton plein lors d’une soirée toute de lumières stroboscopiques, de sonorités techno fluctuantes. Ainsi que de danses envoûtées.

©Sarah Bastin

« Processus de calibration… Cerveau connecté »

« À quoi s’attendre ? », « Est-ce-que ça va marcher ? », « Ça frise le délire, non ? ». Voilà quelques-unes des interrogations entendues çà et là au milieu d’un public à l’impatience palpable, avant que Molécule n’entre en piste. C’est que chacun se demande ce qui pourra bien résulter de l’excursion vers la neuro-technologie de celui qui nous avait habitués à des compositions expérimentales, en saisissant, loin des rivages coutumiers des studios parisiens, plusieurs sons naturels. Que ce soit vers les rives du Portugal, ou sur le bateau d’un navigateur lors du Vendée Globe. En matière de création musicale, des captations d’un biotope rugissant à l’interprétation techno du silence des neurones, il y a un fossé. Et Molécule l’a franchit ce soir-là.

21h50. La halle se trouve plongée dans l’obscurité, et c’est avec émotion qu’un intervenant précise que le spectacle que nous nous apprêtons à voir a été le fruit de deux années de travail acharné. « Hourra » à droite, « allez » à gauche. Molécule fait son apparition sous une lumière feutrée et s’approche de son pad tandis qu’une voix aux accents robotiques précise : « processus de calibration, cerveau connecté ». Sous les applaudissements enthousiastes du public, l’artiste amorce son live. À l’appui de sa matière grise, donc. 

©Sarah Bastin

Pendant une cinquantaine de minutes, les murs du CENTQUATRE-PARIS auront vibré au rythme d’un set mordant sublimé par une scénographie épurée aux notes SF (forcément), et d’un généreux jeu de lumière. Rugissements des basses, accalmies mélodiques, pics électrisants. Ça cogne, fort. Et que ceux qui ont manqué l’évènement se rassurent : ce live inaugure la tournée de ce qu’il convient bien d’appeler le « format BPM ». Une formule inédite financée par le programme de mécénat The Absolut Company Creation, et programmée chez plusieurs mastodontes des festivals de musique électro. Nuits sonores à Lyon (28-29/05/22), le Weekend Des Curiosités à Toulouse (02/06/22), Le Bon Air du côté de Marseille (03/06/22) et, enfin, Peacock Society dans notre capitale (11/09/22). 

Une manière de présenter au grand public la richesse encore trop peu explorée du métissage entre innovations neuro-tech’ et potentialités musicales. Mais aussi d’esquisser les contours d’une nouvelle manière de composer, et d’interpréter des titres. Faire taper du pied les foules en live à partir du formidable (quoiqu’improbable) outil qu’est le cerveau ? C’est désormais possible – et il y a fort à parier qu’il ne s’agit que d’un début. Alors forcément, on a hâte d’assister au développement de ce qui pourrait bien s’annoncer, déjà, comme une petite révolution du milieu techno. 

©Sarah Bastin
0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant