Rencontre avec Vanyfox, étoile montante et nouvelle figure de la scène batida de Lisbonne

Écrit par Flora Santo
Photo de couverture : ©Cristina Morais
Le 20.06.2022, à 15h15
04 MIN LI-
RE
©Cristina Morais
Écrit par Flora Santo
Photo de couverture : ©Cristina Morais
A tout juste 22 ans, le DJ et producteur Vanyfox a déjà collaboré avec des poids lourds de la scène électronique et est aujourd’hui unanimement reconnu comme l’étoile montante de la batida. Après être passé par les labels Enchufada et Boukan, il fait désormais partie de la garde rapprochée du collectif canado-congolais Moonshine avec qui il signe le banger Banzelo, son nouvel EP paru le 10 juin. À cette occasion, Trax a rencontré le jeune producteur qui nous a parlé de ses influences et de thérapie par la musique.

La relève de la batida est assurée. Du haut de ses 22 ans, Paulo Alexandre, alias Vanyfox, est la jeune étoile montante de ce mouvement situé à la croisée de la house, du kuduro et afro-beat, né dans les années 2010 au sein des communautés afrodescendantes des banlieues de Lisbonne. Suivant les pas de ses prédécesseurs DJ Marfox, DJ Nigga Fox ou encore DJ Nervoso, Vanyfox fait évoluer le son de la batida vers des sonorités toujours plus modernes et envoûtantes, y mêlant de nouvelles influences et cultures qui témoignent de son parcours de vie. 

Fusion afro-européenne

À l’instar de nombreux jeunes producteurs de sa génération, Vanyfox se découvre une passion pour la production musicale un peu par hasard, en observant son frère s’essayer au logiciel Fruity Loops. Au cours de son enfance dans la banlieue nord de Lisbonne, la musique est omniprésente, les ambiances sonores riches et variées, allant de Koffi Olomide à Kassav en passant par Drake, et la curiosité de Vanyfox le pousse naturellement vers la création de beats. « Chez moi il y avait cette harmonie, notre maison a toujours été joyeuse, ma mère passait tout le temps de la musique. Quand j’ai eu l’idée de produire, c’était directement lié à toute cette ambiance que j’ai eu à la maison. Ça m’a toujours accompagné », raconte-t-il. Grâce aux réseaux sociaux, en particulier Facebook et SoundCloud, il se lie d’amitié et crée une relation d’entraide avec d’autres producteurs, apprentis ou confirmés, qui lui transmettent leur savoir et l’aident à poursuivre ses efforts d’autodidacte. 

Sa passion et sa pratique de la musique ne font que s’intensifier et le suivent jusqu’à Reims, où il déménage avec sa famille à 14 ans. « Quand je suis arrivé en France j’ai eu beaucoup de temps libre, j’étais tout le temps seul », se souvient-il. « Et quand j’étais seul, mon monde c’était moi et l’ordinateur. J’ai appris, j’ai découvert, j’ai exploré. » Loin de la batida et du kuduro écoutés à Lisbonne, il découvre les différentes cultures musicales françaises, notamment le rap et l’afro, dont il s’imprègne. « Je pense que c’était la meilleure chose qui puisse m’arriver que de changer de pays, peut-être que sans ce déménagement j’aurais été un peu emprisonné, je n’aurais pas pu briser autant de barrières », affirme-t-il. « J’ai mis tout dans le même sac pour voir si j’arrivais à en faire quelque chose et j’ai réussi : tout ça est né d’une fusion. » À seulement 18 ans, alors qu’il continue à produire et à publier ses morceaux sur SoundCloud, Vanyfox se fait repérer par Branko, membre du mythique groupe lisboète Buraka Som Sistema. Lorsqu’il propose au jeune beatkmaker d’inclure un de ses morceaux sur sa nouvelle compilation Enchufada Na Zona Vol.2 du label éponyme, Vanyfox s’y plie et lui envoie “Summer Nights”, une ode planante aux nuits d’été, en moins de 48 heures. La machine est lancée.

Rythmes juteux

Si à cette période-là son style est plutôt calme et flottant, inspiré des rythmes relativement lents de la kizomba et du tarraxo ou encore de Kaytranada, Vanyfox évolue progressivement vers une batida plus explosive, plus dansante. « J’ai toujours eu cette passion pour les rythmes et les mélodies plus lentes, c’était un peu une thérapie pour moi, je relaxais ma tête avec des mélodies lentes. Mais ça a été une phase. Je cherche toujours à explorer des nouvelles choses. Mon style a pas mal évolué, est devenu plus juteux, quelque chose que les gens aiment et que j’aime aussi.  »

Lorsque la compilation Enchufada paraît en été 2020, la musique de Vanyfox commence à se répandre dans la sphère électronique portugaise mais aussi en France : en septembre 2021, il joue un set bouillonnant pour Boiler Room Paris avec le collectif 99Ginger et trouve officiellement sa place dans l’underground parisien un mois plus tard lorsqu’il sort son premier EP Crazy Times chez Boukan Records, après avoir été repéré par Bamao Yendé. Réalisé pendant le confinement de 2020, ce premier projet fait office de thérapie pour Vanyfox qui l’utilise comme un exutoire pendant des temps difficiles et tente de répandre des bonnes énergies. « Pendant la pandémie, j’étais dans une phase un peu difficile, j’avais eu un mental breakdown, et la musique m’aidait à m’exprimer. Que j’aie des problèmes mentaux ou pas, la musique est un autre langage, c’est grâce à elle que je vais réussir à parler. » Après le succès de l’EP, il se rapproche du label et collectif canado-congolais Moonshine avec qui il part en tournée l’été 2022. Le 10 juin dernier, il signe chez eux son deuxième EP Banzelo qui change de ton et monte d’un cran en énergie, fortement enrichi en influences house, baile funk et bass music. Le message est clair : après une période difficile, cet EP est fait pour danser, profiter, se détendre. « L’été est arrivé. Amuse-toi tant que tu le peux », résume-t-il. 

Aujourd’hui basé entre Lisbonne et Paris et bien intégré dans l’espace musical des deux villes, Vanyfox est fier de pouvoir continuer à donner de la visibilité à la batida et de voir qu’elle plaît à l’étranger. « La batida c’est un style auquel il faut faire attention. C’est une communauté, un mouvement, j’ai grandi dedans et je vais continuer à y grandir pendant autant de temps qu’il le faudra. Je fais vraiment le maximum pour que les gens écoutent ce que c’est réellement que la batida, ce qu’il se passe dans notre système. » Avec un pied parfois en France, parfois au Portugal, parfois au Canada ou aux quatre coins de l’Europe, une chose est sûre : la batida a encore de beaux jours devant elle. Et Vanyfox aussi.

Banzelo est disponible sur toutes les plateformes de streaming. Retrouvez les actualités et dates de tournée de Vanyfox sur Instagram. Par ailleurs, Vanyfox sera de passage à Paris le 1er juillet pour une date au Dock B.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant