Québec : Cette immense forêt de pins va accueillir 4 jours de festival progressive et techno

Écrit par Trax Magazine
Le 26.07.2019, à 12h04
02 MIN LI-
RE
©Nayari
Écrit par Trax Magazine
Parmi les nombreux festivals d’été québécois, s’il en est un qui doit retenir l’attention des amateurs de musique électronique, c’est bien Illusion. La troisième édition, toujours organisée par les collectifs Co-Incidences et No Bass No Fun, se tiendra du 2 au 5 août au centre plein air Val-Chester, situé à deux heures de la métropole. Voici ce qu’ils vous réservent.

Par Elsa Fortant, correspondante à Montréal.

Organisée par les collectifs Co-Incidences et No Bass No Fun, la troisième édition du festival Illusion aura lieu du 2 au 5 août au centre plein air Val-Chester, à deux heures en voiture de la métropole québécoise.

« Pour profiter pleinement de la magie du festival, il faudra avoir l’âme d’un explorateur », annonce d’emblée la co-créatrice du festival et scénographe Mélina Manolias. « Les thèmes du voyage et de l’aventure seront revisités à travers le temps pour transporter le festivalier vers différents mondes chimériques. » De quoi piquer la curiosité des indécis. Comme les années précédentes, les “illusionnistes” pourront profiter de 48h de musique dans un cadre bucolique forestier bordé par une rivière (où la baignade est autorisée), de deux dancefloors techno et progressive, d’ateliers d’acroyoga, de massage, mais aussi d’expositions, d’installations artistiques numériques, d’un marché local aux allures de véritable village… et même d’une bière brassée Illusion.

   À lire également
Écologie : 5 festivals qui innovent pour de bon

 

Si l’édition 2018 était portée par une atmosphère circassienne, celle de 2019 s’en va dans une nouvelle direction. Mokrane Ouzane, co-créateur du festival, nous donne quelques indices sur les univers proposés cette année, « les festivaliers vont pouvoir s’éveiller de manière ludique aux aventures du pirate des Laurentides ou encore aux mystères du calendrier Maya, mais on ne peut pas en dire plus pour garder l’effet de surprise. » Des thèmes qui permettront à toute une panoplie de pratiques artistiques traditionnelles et numériques d’être mises en avant afin d’offrir au participant une expérience immersive unique.

Comme l’explique un autre co-créateur du festival, Nicolas Beaudry, « cette année, c’est pour nous l’occasion d’affirmer notre identité. Cela inclut une scénographie immersive et DIY, un line up techno plus précis mais aussi plus diversifié avec une part pour la cumbia et le reggae d’n’b à petite échelle. » Côté musique, on apprécie toujours autant une programmation qui fait la part belle à la scène locale avec des artistes techno comme Alalune, URUBU ou Omar Hamdi.

« La vraie nouveauté reste cependant d’apporter une dimension sociale à ce projet culturel alternatif », conclue Nicolas. Ainsi, en privilégiant la participation des artistes, artisans et producteurs locaux, les organisateurs s’assurent que ce soit bien la région qui profite des retombées économiques générées par l’événement, en plus de leur permettre de construire des relations de confiance avec leurs partenaires et assurer ainsi la pérennité du festival.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant