PSG : le DJ Shlømo se souvient de l’époque où il travaillait pour le célèbre club de foot

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Jacob Khrist
Le 19.08.2020, à 10h41
02 MIN LI-
RE
©Jacob Khrist
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Jacob Khrist
On ne le sait que trop peu mais le résident des soirées Possession a travaillé il y a quelques années à la communication du célèbre club parisien.

Avant de retourner les soirées Possession ou la barge de la Concrete, le DJ et producteur français Shlømo a travaillé au service de communication du Paris Saint-Germain, qui vient de se qualifier hier soir en finale de la ligue des champions. C’est ce qu’on apprend dans une interview publiée il y a quelques années sur le site Greenroom où le DJ – fan depuis toujours du club parisien – raconte l’époque où il devait alterner son travail au sein du club de foot et ses soirées comme DJ : « Quand je finissais mon job pour le PSG, je rentrais chez moi et je bossais mes morceaux. Le week-end, je devais jouer à droite, à gauche. Je me retrouve dans une spirale jusqu’à arriver à un moment de ma vie où, sur une semaine, je devais préparer la nouvelle saison du PSG, je jouais mon premier gros live au Berghain, à Berlin, et j’enchaînais sur quelques dates en Chine. »

Un rythme intenable qui a poussé Shlømo a quitté son emploi au sein du Paris Saint-Germain pour se focaliser sur ses activités de DJ. Mais son amour pour le club de football de la capitale reste intact : « Quand tu es associé à un club, tu as ça dans le sang. Les gens qui ne kiffent pas ne peuvent pas comprendre le fait qu’on agisse comme des beaufs et qu’on puisse pleurer pour un match. » 

Souvenir de cette époque, le coup d’éclat du DJ restera pour toujours d’avoir jouer à Marseille en portant fièrement le maillot du PSG : «  Dès que mon agent m’a annoncé une date marseillaise, je me suis dis que j’allais porter le maillot. Direct. J’arrive pour faire mon test son, tout allait bien et j’ai retiré ma veste. Le propriétaire du club, un gars super cool, me sort : “Ne mets pas ça pour jouer. Ouais, ouais d’accord…” Une demi-heure avant de jouer, je commence à enfiler mon maillot et j’ai vu que les types ne rigolaient pas. Finalement, les trois quarts du public ont rigolé. Même si bon, le reste était du genre : “Parigo, va te faire enculer !” »

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant