Berlin : la mythique Love Parade pourrait bientôt faire son come-back

Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©D.R
Le 14.01.2020, à 19h08
03 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©D.R
0 Partages
Le créateur de la première Love Parade à Berlin vient de présenter une nouvelle initiative visant à renouveler le légendaire défilé technophile : Rave The Planet. Au-delà du retour de la parade, le projet souhaite institutionnaliser la culture rave en inscrivant la musique électronique au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ces derniers jours, les médias allemands frémissent à l’annonce d’une nouvelle Love Parade. Le légendaire défilé immortalisé par le tube de Da Hool et interrompu en 2010 suite au drame de Duisbourg (où 650 personnes sont blessées et 21 personnes trouvent la mort lors de mouvements de foules) va-t-il reprendre du service ? Et fédérer à nouveau les peuples des musiques électroniques dans la danse ? C’est bien le projet de Matthias Roeingh, alias Dr Motte, créateur de la première Love Parade en 1989, avec Rave The Planet, qu’il présentait hier au Mall of Berlin, sur le site du légendaire club Tresor. Conçu sur un modèle associatif, le projet s’articule sur trois axes : instaurer une nouvelle parade complètement indépendante à Berlin grâce à une collecte de fond ; construire un monument artistique qui célèbre les 30 ans de culture club berlinoise ; inscrire les musiques électroniques au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO et instituer un jour férié pour célébrer cette culture.

En se rendant sur le site de Rave The Planet, il est possible de participer au “Fund Raving”, un financement participatif et ludique appelant à la générosité des ravers. Farfelus, les initiateurs du projet ont réalisée une immense maquette de l’avenue du 17 juin, où se tenait historiquement la Love Parade et proposent aux contributeurs de verser de 5 à 250 € ou plus pour voir une figurine de mini-raver à leur effigie placée sur la maquette. À vous de choisir si vous préférez Trance Jenny, Tech Mum, Disco Daisy, Raving Rosi ou encore Dixie House, la cabine de toilettes mobile. L’objectif est de remplir la maquette avec les figurines de 1,5 million de contributeurs.

L’envie d’inscrire la musique électronique au patrimoine mondial de l’UNESCO, quant à elle, s’inscrit dans un contexte de crise des clubs berlinois qui voit de nombreuses fermetures de club au profit de complexes de bureau. Cette reconnaissance permettrait donc une meilleure protection de toutes les initiatives liées aux musiques électroniques, encore trop souvent victimes de préjugés de la part des pouvoirs publics et de la société civile. « Notre culture consiste principalement en une culture de la danse. Nos maîtres de cérémonie sont les DJs. Et les clubs sont nos espaces libres dans lesquels nous pouvons danser librement », explique le Dr Motte au média allemand n-tv.de. Dans quelle mesure cette culture peut-elle prétendre s’ériger en patrimoine mondial ? En guise d’élément de réponse, la définition de l’UNESCO paraît claire : 

« On entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. Aux fins de la présente Convention, seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l’homme, ainsi qu’à l’exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus, et d’un développement durable ».

Alors, à quand le retour de la Love Parade ?

Toutes les informations sont à retrouver sur le site Internet de Rave The Planet.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant