Production, digging, gaming : Comment protéger ses yeux de la fatigue oculaire face aux écrans ?

Écrit par Trax Magazine
Le 20.06.2022, à 14h39
02 MIN LI-
RE
Écrit par Trax Magazine
En partenariat
avec
Logo HORUS 80X200
Composer sur Logic Pro X ou Rekordbox, acheter des tracks sur Beatport ou encore chercher de l’inspiration sur SoundCloud. Lorsque l’on est DJ, producteur ou simple mélomane, la passion de la musique électronique se vit, en grande partie, les yeux rivés sur un écran. Sans crier gare, la voilà qui pointe alors le bout de son nez avec son lot de symptômes peu attrayant. La terrible fatigue oculaire numérique.

Selon une étude menée par NordVPN en 2021, un Français passe en moyenne près de 56 heures par semaine, temps de travail inclus, derrière un écran (smartphone, ordinateur, TV…).  Au cours d’une vie, cela représente presque 28 années, soit plus que le temps que nous passons à dormir, qui lui est de 25 ans en moyenne. C’est tout bonnement, colossal. Bien qu’il n’existe pas de chiffres à ce sujet, pas la peine d’être devin pour supposer que les passionnés de musiques électroniques ne tirent pas cette moyenne vers le bas.

À force de passer autant de temps derrière des écrans, un syndrome de fatigue oculaire numérique peut alors se développer. Derrière ce terme bannière se cachent un ensemble de symptômes comme des maux de têtes, une vision floue ou double, des irritations des yeux et des vertiges ou encore des douleurs au cou et aux épaules. Ces cavaliers de l’Apocalypse n’arrivent pas nécessairement tous en même temps pour terrasser nos yeux, ils peuvent se manifester tour à tour en fonction de la manière dont nous utilisons nos écrans.

Bon nombres de producteurs avouent volontiers que l’inspiration est souvent plutôt nocturne. Sans s’en rendre compte, les conditions de cette création sont du coup un petit supplice pour nos yeux. Mauvais éclairage, yeux collés à l’écran pour se focaliser sur des détails, mauvaise position assise, reflets… La production musicale demande de la concentration et de la minutie ce qui imposent nécessairement des exigences supplémentaires à nos yeux. Et ceci n’est pas une question d’avoir ou non 10/10 d’acuité visuelle, pour la fatigue oculaire numérique, nous sommes tous logés à la même enseigne.

Pour éviter ces problèmes, il n’est pas nécessaire d’aller se faire injecter une quatrième dose d’AstraZeneca. De simples astuces de grand-mère peuvent aider comme cligner des yeux souvent devant l’écran, s’hydrater ou encore faire des pauses toutes les vingts minutes en fixant un autre objet dans la pièce quelques instants. Cependant, pour choyer ses mirettes sur le long terme, le moyen le plus simple et efficace est de s’équiper d’un bouclier adapté. C’est le cas des nouvelles lunettes de la marque Horus X. Grâce à des verres disposant d’une technologie anti lumière bleue, anti UV et anti reflets, ces lunettes seront le meilleur allié contre votre surexposition à la lumière digitale. Bien évidemment derrière ce ton faussement alarmant, la fatigue oculaire n’entraîne pas non plus encore des énucléations, le but est avant tout de prévenir, plutôt que de guérir. Tout comme vos oreilles, vos yeux sont finalement un outil de création, alors prenez-en soin.

Découvrez la nouvelle collection de lunettes Horus X sur le site internet ou sur le compte Instagram de la marque.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant