Présidentielle : Quelle place pour la culture dans le programme des candidats? Récap des propositions

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Amaury Cornu / Hans Lucas via AFP
Le 28.03.2022, à 14h35
05 MIN LI-
RE
©Amaury Cornu / Hans Lucas via AFP
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Amaury Cornu / Hans Lucas via AFP
A l’approche du premier tour et après des dernières années difficiles pour le secteur culturel en France, petit tour d’horizon des propositions et promesses des candidat·e·s concernant la culture.

Le 10 avril se tiendra le premier tour de l’élection à la Présidence française de 2022. Parmi les douze candidat·e·s ayant recueilli les cinq cents parrainages nécessaires pour se présenter, on compte désormais : Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Jean Lassalle, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Valérie Pécresse, Philippe Poutou, Fabien Roussel et Eric Zemmour.

Tous·tes ont présenté leur programme et leurs promesses concernant différents domaines de gouvernance. Éducation, économie, sécurité, politique internationale, culture… Cette dernière étant généralement considérée comme la grande oubliée des considérations politiques, ces élections sont l’occasion de vérifier si les efforts du secteur culturel lors de la crise pour obtenir meilleur soutien ont été suffisants, et quel·le·s sont les candidat·e·s qui prennent la question au sérieux.

Voici un récapitulatif des différentes propositions visant le secteur de la culture émises par les candidat·e·s en lice pour la Présidentielle :

Promotion de la culture et soutien public

Après une crise particulièrement difficile pour le secteur culturel, et le déboursement par l’Etat de près de 14 milliards d’euros entre le printemps 2020 et l’automne 2021 (près de quatre fois le budget annuel du ministère de la Culture), comment les candidat·e·s envisagent-iels de continuer à soutenir et défendre – ou non – ce secteur toujours fragilisé ?

  • Philippe Poutou (NPA) : Défendre les cultures régionales à travers la préservation des langues régionales et en promouvant « l’échange avec les cultures minoritaires ou extra-occidentales », garantir une rémunération aux intermittents égale ou supérieur au Smic.
  • Jean-Luc Mélenchon (Insoumis) : Accorder au budget de l’Etat consacré à l’art, à la culture et à la création 1 % du PIB par an.
  • Fabien Roussel (PCF) : Créer« un grand ministère de la culture, de l’éducation populaire et des médias » auquel il compte consacrer 1 % du PIB.
  • Yannick Jadot (EELV) : Relancer le secteur culturel avec un milliard d’euros : « Nous sanctuariserons le soutien à la création et aux artistes, en augmentant la part du budget du ministère de la culture dédiée à la création à 25 % du budget global ».
  • Anne Hidalgo (PS) : Favoriser l’émergence d’artistes émergents et réserver 10 % des programmations des institutions culturelles publiques à la nouvelle création.
  • Emmanuel Macron (LREM) : Etendre le Pass culture, actuellement ouvert aux 14-18 ans, aux plus jeunes, lancer de nouvelles commandes publiques artistiques, et construire « des métavers européens » proposant des expériences culturelles en réalité virtuelle.
  • Valérie Pécresse (LR) : Instaurer une politique de « démocratisation culturelle » pour rapprocher la jeunesse de la culture, en « imposant » à chaque établissement scolaire de porter un projet culturel et en le jumelant avec des institutions culturelles, des conservatoires et des artistes.
  • Jean Lassalle (Résistons) : Promouvoir et financer la culture indépendante avec un soutien public, permettre l’accès des plus défavorisés à la culture grâce à des subventions de lieux culturels, et revaloriser le statut et le salaire des intermittents du spectacle.
  • Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) : Ouvrir les musées gratuitement le dimanche aux Français, instaurer un « ticket découverte culturelle » tous les ans pour les plus de 16 ans, imposer une pièce de théâtre classique sur les principales chaînes du service public de façon hebdomadaire, consacrer 0,5 % du budget des équipements publics à la création artistique.
  • Eric Zemmour (Reconquête !) : Investir 2 milliards d’euros pour « sauver le patrimoine en péril  », effectuer un bilan de l’état sanitaire du patrimoine national « afin d’identifier les biens patrimoniaux à restaurer en urgence ».

Candidat·e·s ne s’étant pas prononcé·e·s sur le sujet de la culture : Marine Le Pen (RN), Nathalie Arthaud (LO).

Pluralité des médias

Face à la concentration des médias, c’est à dire le fait de rassembler plusieurs canaux d’information sous une seule et même gouvernance, comment les candidat·e·s proposent-ils de garantir la liberté de la presse et l’indépendance des médias de masse ?

  • J-L Mélenchon (Insoumis) : Faire voter une « loi anticoncentration dans les médias », renforcer le « Conseil de déontologie des médias » et le statut juridique des rédactions.
  • F Roussel (PCF) : Proposer une loi contre la concentration des médias, créer un conseil national des médias composé d’élus, de représentants des professionnels du secteur et d’usagers.
  • Y Jadot (EELV) : Conditionner les aides à la presse et les conventions audiovisuelles au respect des critères suivants : gouvernance paritaire dans les organes de contrôle, seuil minimum de journalistes au sein de la rédaction, respect du droit social et des conventions collectives, égalité salariale entre les femmes et les hommes, mise en place de cellules de signalement des violences sexistes et sexuelles.
  • A Hidalgo (PS) : Limiter « par la loi » la concentration des médias, inciter l’Autorité de la concurrence et l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom, ex-CSA) à agir, réformer la loi de 1986 sur la liberté de communication pour protéger l’indépendance des médias face aux GAFAM.
  • E Macron (LREM) : Protéger l’information libre et indépendante face aux ingérences, lancer des états généraux concernant le droit à l’information à l’échelle européenne, pérenniser le financement de l’information libre indépendante et la production de documentaires.
  • J Lassalle (Résistons) : Conditionner le financement public des médias privés à l’indépendance des propriétaires.

Candidat·e·s ne s’étant pas prononcé·e·s sur le sujet des médias : Marine Le Pen (RN), Nathalie Artaud (LO), Philippe Poutou (NPA), Eric Zemmour (Reconquête !), Nicolas Dupont-Aigant (Debout la France), Valérie Pécresse (LR).

Audiovisuel public

Envisagée par plusieurs candidat·e·s, la suppression de la redevance audiovisuelle pose également la question du secteur audiovisuel public dans sa globalité, et de son existence même dans une société de plus en plus connectée.

  • J-L Mélenchon (Insoumis) : Elire au Parlement les présidents de France Télévisions et de Radio France.
  • A Hidalgo (PS) : Renforcer le service public de l’audiovisuel, garantir l’indépendance budgétaire des chaînes publiques de radio et de télévision et la pérennité du financement de la création cinématographique et audiovisuelle.
  • E Macron (LREM) : Supprimer la redevance audiovisuelle.
  • V Pécresse (LR) : Supprimer la redevance audiovisuelle.
  • M Le Pen (RN) : Privatiser le service public audiovisuel à l’exception des rédactions en outre-mer, Arte et l’INA, supprimer la redevance audiovisuelle.
  • E Zemmour (Reconquête !) : Privatiser les principales chaînes de l’audiovisuel public, supprimer la redevance audiovisuelle.

Candidat·e·s ne s’étant pas prononcé·e·s sur le sujet du service public audiovisuel : Nathalie Artaud (LO), Philippe Poutou (NPA), Fabien Roussel (PCF), Yannick Jadot (EELV), Jean Lassalle (Résistons), Nicolas Dupont-Aignant (Debout la France).

Le premier tour de l’élection présidentielle a lieu le 10 avril 2022, le second le 24 avril 2022.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant