Près de 90 clubs et bars sont en cours de perquisition dans toute l’Espagne

Écrit par Théodore Hervieux
Le 08.07.2016, à 12h21
02 MIN LI-
RE
Écrit par Théodore Hervieux
Alors qu’une impressionnante opération de police s’est déroulée mardi et mercredi au club Amnesia d’Ibiza, près d’une centaine d’autres clubs, répartis à travers tout le territoire espagnol, font en ce moment même l’objet de perquisitions. Plus de 500 agents ont été mobilisés par le fisc espagnol, qui suspecte une fraude fiscale massive de la part de tous ces établissements.Les informations nous parviennent au compte-goutte, par Pau Cristòful, journaliste barcelonais, et Ricardo F. Colmero, journaliste spécialiste des affaires mafieuses à Ibiza et auteur, entre autres, de deux grands formats dans notre dernier numéro de Trax spécial Ibiza.

Elle a été baptisée Chopin. La gigantesque opération lancée hier par le fisc espagnol a mené à la perquisition des locaux de 110 sociétés, propriétaires de 87 grands clubs et pubs répartis sur onze Communautés autonomes espagnols (l’équivalent de nos régions). Selon La Vanguardia, les sociétés suspectées représentent plus de 20% du chiffre d’affaires du marché du monde de la nuit en Espagne. Parmi elles, ont retrouve les célèbres clubs ibiziens Space et Privilege, mais aussi le club madrilène Joy Eslava. 

  A lire également
Fraude à Ibiza : la police retrouve 2 millions d’euros en cash à l’Amnesia

Des agents en cours de perquisition. (©DR)

Mobilisant plus de 500 agents, l’intervention devrait se poursuivre tout au long de cette journée de vendredi, et semble être la plus importante jamais menée par l’administration fiscale espagnole. Trois bateaux du fisc, emmenant une centaine d’agents à bord et provenant d’Alicante, de Palma de Majorque et de Valence, ont ainsi débarqué hier dans le port d’Ibiza.

  A lire également
Guerre de pouvoirs : cet été Trax plonge dans l’ombre de l’île Blanche

Cette impressionnante manœuvre fait suite à une enquête lancée en début d’année par le fisc espagnol. Des déclarations de paiement en carte bleue anormalement élevées (jusqu’à 76% du chiffre d’affaires total dans certains cas), dans un secteur où priment normalement les règlements en cash, ont fait tiquer les enquêteurs. De la même manière, des différences importantes ont été enregistrées entre l’activité réelle et celle déclarée par les établissements visés, sur la base d’analyses faites sur l’affluence moyenne, le prix des entrées ainsi que celui des consommations.

Enfin, des logiciels servant à maquiller la comptabilité, connus des services de l’administration fiscale, ont été retrouvés. Selon d’autres sources proches de l’enquête, citées par La Vanguardia, “des montagnes d’argent en liquide” ont été découvertes cachées dans les coffres-forts des établissements perquisitionnés.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant