Qui est Airod, le petit protégé d’Amelie Lens qui déboîte la scène rave française ?

Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©D.R.
Le 18.12.2019, à 14h36
03 MIN LI-
RE
©D.R.
Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©D.R.
0 Partages
Le 11 janvier prochain, le collectif lyonnais 23:59 lancera son coup d’envoi au Petit Salon avec une soirée riche en techno percutante, qui conviera les Allemands MCMLXXXV et D.Dan ainsi que les Français Trym et Airod. Ce dernier, étoile montante de la scène rave française, a rencontré Trax Magazine pour l’occasion.

Comme beaucoup, Airod débute dans la musique électronique par des bidouillages adolescents sur le logiciel Fruity Loops, influencé par les grands noms de l’époque tels The Chemical Brothers ou The Prodigy. Après des débuts plutôt orientés bass music et dubstep, il prend une claque techno lors d’une soirée warehouse où officie le grand Len Faki. Nous sommes en 2014. Ses sources d’inspiration se déplacent alors vers des grands noms de la techno et de l’acid, Chris Liebing, D.A.V.E. The Drummer, tout en se nourrissant des autres styles musicaux qu’il continue d’écouter, le hip-hop et la trap, ou encore le jazz fusion d’un Kamaal Williams ou de Snarky Puppy : « la symbiose entre les instruments m’inspire », affirme-t-il.

Après avoir créé le label techno Molekül début 2016 avec des comparses parisiens JKS et Mayeul, il se lance dans des sorties techno old school, largement teintées d’acid, avec notamment un titre évocateur, “Universe of 90’s Techno Parties”, qu’il inscrit explicitement dans une résurgence actuelle de la culture rave. De son point de vue, « c’est un cycle, ça devait forcément arriver, la mode se renouvelle en reprenant les éléments esthétiques des 90’s. Peut-être que la situation actuelle dans le monde, la crise économique, le dérèglement climatique, les oppressions quotidiennes des médias, tout ça joue en faveur de morceaux plus “durs”. On ressent un besoin de se défouler de la part du public ». Dans sa musique, le kick est donc prépondérant : « c’est ce qui va donner la base du morceau et qui influera sur tous les éléments autour, la rythmique ainsi que les synthés ou les effets », explique-t-il.

Prolifique, il signe des morceaux sur différents labels ou sous-labels (Rave Alert Records, Perfusion Records), avant de créer son propre label, Elixyr Records, en 2018, qui l’amènera à collaborer sur un EP en commun avec Farrago, également première signature du label d’Amelie Lens. C’est par cette voie qu’Airod rencontre la fameuse technoïde belge : « cette rencontre m’a beaucoup apporté en termes de motivation et d’inspiration, nous avions la même vision sur la musique électronique d’aujourd’hui et sur comment on la voyait évoluer ». Fort de cette nouvelle complicité, il sort deux EPs en 2019 sur son label Lenske.

My « Voltage » EP is out now on Lenske ⚡️Almost sold out in pre-sale so be quick ! Available on all record stores online 📀 Playing tonight at Gare Porto with the whole family to celebrate the release 🖤🔥

Publiée par AIROD sur Vendredi 8 février 2019

S’exportant en terres techno dès 2017 (Allemagne, Angleterre, Belgique, Pays-Bas), 2019 fut pour lui une année chargée en dates (Italie, Espagne, Portugal et bien d’autres), l’amenant par exemple à jouer récemment à une soirée EXHALE d’Amelie Lens à Madrid, ou à clôturer la soirée Possession x Monnom Black en avril dernier, « ambiance incroyable, avec le jour qui se levait, j’adore les soirées matinales », se remémore-t-il, rêveur.

À 23h59, Airod est généralement « en train de finir une production ou de discuter avec Gabriel (Khoegma) sur des nouvelles idées » ou bien « devant un bon film avant de dormir ». Mais le 12 janvier prochain, il sera au Petit Salon de Lyon, en compagnie d’autres fleurons de la scène techno actuelle pour la toute première soirée du collectif 23:59. « Je pense jouer énormément d’unreleased que j’ai produit récemment, donc on peut dire que ça sera un set plutôt exclusif », révèle-t-il en guise de teasing.

Toutes les informations sont à retrouver sur la page Facebook de l’événement.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant