Pologne : des député·e·s aux couleurs arc-en-ciel protestent contre l’homophobie d’État

Écrit par Maxime Jacob
Photo de couverture : ©D.R
Le 10.08.2020, à 14h39
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Maxime Jacob
Photo de couverture : ©D.R
0 Partages
Depuis son arrivée au pouvoir en 2015, le parti d’extrême droite Droit et Justice emmené par le président réélu Andrzej Duda multiplie les attaques contre la communauté LGBTQI+ polonaise. Des artistes, DJs et maintenant des député·e·s d’opposition protestent contre l’homophobie d’État.

Andrzej Duda, Président polonais réélu le 12 Juillet dernier et candidat du parti d’extrême droite Droit et Justice, a prêté serment le jeudi 6 août. Dans les travées de l’assemblée polonaise, des député·e·s de gauche se sont pour l’occasion vêtus aux couleurs du drapeau arc-en-ciel, pour afficher leur soutien à la communauté LGBTQi+.

Depuis 2015 et l’arrivée au pouvoir de Droit et Justice, les homosexuels, trans et queer sont pris pour cible par le pouvoir. En Pologne, l’homophobie n’est pas punie par la loi. Les tribunaux, contrôlés par le pouvoir depuis une réforme de la justice contestée, ont autorisé en 2019 les commerçants à refuser les clients homosexuels en vertu de leur croyance religieuse – dans un pays à très grande majorité catholique. Certaines villes polonaises se disent maintenant interdites à « l’idéologie homosexuelle ».

Réactions et révoltes

La communauté LGBTQI+ polonaise peut toutefois compter sur des soutiens. Le magazine Dazed publiait en octobre 2019 un article sur la mobilisation de la scène club locale aux côtés des minorités persécutées. Et sur le plan politique, si l’Union européenne a fini tardivement, fin juillet, par établir des sanctions budgétaires à l’encontre de la Pologne au regard de sa politique discriminatoire, privant certaines villes de leurs subventions, c’est d’abord le maire libéral de Varsovie, Rafał Trzaskowski, qui proposait dès février un système de refuge et de suivi social aux homosexuels persécutés dans la capitale.

Dernière protestation en date, symbolique cette fois, des député·e·s de gauche ont investi les travées du parlement, vêtu·e·s aux couleurs du drapeau arc-en-ciel. Les élu·e·s répondent ainsi aux thèmes de campagne homophobes développés par le président élu, quelques jours après l’inculpation de plusieurs militants LGBTQI+, accusés de profanation après avoir recouvert des monuments du drapeau arc-en-ciel. Pas sûr que cela suffise à entamer la popularité du Président Andrzej Duda, qui avait recueilli 43,50% des suffrages au premier tour de l’élection.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant