Paris VS Marseille : Le Bon Air débarque à la Machine pour 6 heures de clubbing déchaîné

Écrit par Cécile Giraud
Photo de couverture : ©Marie Rouge
Le 15.11.2021, à 13h14
02 MIN LI-
RE
©Marie Rouge
Écrit par Cécile Giraud
Photo de couverture : ©Marie Rouge
0 Partages
Samedi 11 décembre, le Bon Air Club fait une halte à la Machine du Moulin Rouge. Dernière chance de repousser l’hiver en attendant la prochaine édition du festival Marseillais signé Bi:Pole.

Le Bon Air, c’est toute l’année. Après une édition flamboyante cet été à la Friche Belle de Mai à Marseille, le festival de Bi:Pole continue d’illuminer les scènes électroniques du pays. Comme chaque année, l’évènement phocéen se met ainsi en itinérance et s’installe toute la nuit du samedi 11 décembre à la Machine du Moulin Rouge. Intitulé Le Bon Air Club, cette série de fêtes au doux parfum de sunset compte maintenir éveillée la vie nocturne parisienne et marseillaise pour le reste de la saison.

Diffuseur d’effluves émergents, Le Bon Air Club embarque dans sa valise les nouveaux arrivants tout en célébrant les talents de renom. Dès minuit, TTristana ouvre le bal de cette rave éveillée avec son DJ set expérimental (et ultra house selon ses humeurs). L’occasion idéale de découvrir l’univers de la talentueuse carcassonnaise, dont la carrière a pleinement décollé malgré la crise sanitaire.

À 1h30, Flore et WSK présenteront eux leur live AV, mais cette fois-ci à 4 mains. Le duo de la compositrice et de l’architecte numérique Yannick embarquera le public dans une transe collective lors d’un show hors du temps aux sonorités hypnotiques et percussives. À 2h30, Batu sera en b2b avec Simo Cell. Le producteur britannique mêlera ses compositions coupées au couteau avec celles du diamant nantais.

Toujours dans une volonté de programmer ce qui se fait de mieux en Europe, le Bon Air Club invitera SHERELLE pour le closing de 4h30.  Cette nuit extatique se conclura donc en apothéose avec les sets à 160 BPM de la londonienne. Depuis quelques temps, l’héritière de la footwork, juke et jungle n’arrête pas de sublimer la nouvelle scène britannique. Et elle compte bien enchanter la Machine du Moulin Rouge jusqu’à l’été prochain.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant