Paris : techno brute sous une pluie de paillettes, Tragedy ramène la folie de Berlin dans la capitale

Écrit par Anne-Claire Simon
Photo de couverture : ©DR
Le 11.04.2018, à 11h51
02 MIN LI-
RE
©DR
Écrit par Anne-Claire Simon
Photo de couverture : ©DR
Pour sa troisième édition, la soirée Tragedy nous invite à nous perdre dans les dédales du 142 rue Montmartre (Paris 2e), dans un espace où les artistes déambulent, vous surprennent et vous livrent un show inédit entre DJ’s sets, live et art contemporain. Un vendredi 13 (avril) lumineux, loin des superstitions et de la “techno noire”, grâce aux déguisements colorés et à la pluie de paillettes qui s’abattra sur le club.


Les soirées Tragedy sont pleines de couleurs, pour éviter l’amalgame des soirées “underground” en club à la berlinoise et prouver que l’on peut aussi retrouver cet esprit de fête autrement qu’en noir et blanc. « Si la musique est bien techno, l’esthétique n’est pas celle du Berghain ou du Trésor, nous précise Anne-Claire, la metteuse-en-scène de cette soirée dramaturgique. Le public et les artistes s’amusent au contraire avec des costumes de couleur, pour déconstruire cette idée de l’esthétique techno seulement noire, brute, avec du cuir et des chaînes. »

Les soirées Tragedy investissent l’espace et décloisonnent les genres, en proposant un endroit libre, où chacun.e est libre de venir looké.ée comme ielle le souhaite. Maquillage bleu ciel ou rouge sang, masques, paillettes et vêtements (très) transparents… En clair : venez comme vous le voulez. Avec cette liberté vestimentaire, le public devient exposition, donnant au décor un élément visuel supplémentaire important. Pour son troisième acte, les protagonistes de la soirée Tragedy vous emmèneront donc dans les tréfonds du 142 rue de Montmartre, dans les coins et recoins du club « qui offre autant de possibilités que d’espaces performatifs » pour un moment déambulatoire, interactif, loufoque et libre. Et les reines de la soirée ? Deux drag queens, aux jolis noms de Calypso Overkill et Cookie Cunty, qui parcourront l’espace, sur scène ou sur la piste, pour jouer et danser avec la foule.

Pour cette prochaine soirée, Anne-Claire a bien réfléchi à tout mettre en accord : musique et visuel doivent se connecter. « Il s’agira d’une expérience inédite, où la musique pêchue à faire gronder les basses guide les performances sur et hors scène. Le tout sera très artistique et monté de toutes pièces pour raconter une histoire, à l’instar d’une installation d’art contemporain qui dispose de son propre espace. » Cela tombe donc sous le sens lorsque l’on apprend que Sentimental Rave fera parti du line-up avec ses ambiances sombres, mais jamais sans sa pointe mélodieuse et chaleureuse. URAMI nous racontera, lui, son histoire de façon plus sanglante et tranchante, sur fond d’acid et d’indus. La grande prêtresse des soirées Possession, et habituée des Jeudi Techno de Nuits Fauves, Parfait sera présente pour déverser sa musique virulente et mentale sur la foule. Et avec eux, les brillants.es Brieuc, Dimitri Riviere et Nomai.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page Facebook de l’événement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant