Paris : sous le pont Alexandre III, le Bridge succède au Showcase et prend un tournant radical

Écrit par Alix Odorico
Photo de couverture : ©D.R
Le 16.11.2018, à 13h35
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Alix Odorico
Photo de couverture : ©D.R
À l’occasion de l’ouverture à Paris du Bridge, qui remplacera le défunt Showcase le week-end du 30 novembre, Trax a discuté avec Frédéric Agostini, l’un des directeurs de l’organisation en charge de cette initiative, Paris Society. Il voit les choses en grand et veut, par sa direction artistique, se démarquer des autres clubs parisiens.


Nouvelle concession de
 Laurent de Gourcuff et Jean Charles Mathey, ce nouvel espace sera dirigé par l’équipe déjà en charge à Paris de La Clairière et du T7 (Julie Ways, Tibo’z et Frédéric Agostini) via la société spécialiste du monde de la nuit Paris Society – anciennement nommée Noctis. Sous cette nouvelle appellation, elle a aussi pris un virage économique différent en s’ajustant sur trois axes : l’événementiel, l’hôtellerie et le divertissement. 

Frédéric Agostini affirme d’emblée que la place prépondérante dédiée au spectacle est une priorité et veut se différencier des autres lieux de la fête parisienne : « Le show, c’est l’un des axes principaux du club. Nous voulons remettre la fête avec un grand F en premier lieu. » Le ton est donné. Exit le format clubbing du Showcase, son prédécesseur, et place au spectacle avec des shows permanents de danseurs. « Nous nous inscrivons dans la genèse de l’entertainment, à mi-chemin entre les shows du Elrow et ceux du Teatro de Marrakech. » L’évocation de ces deux géants de la représentation, connus pour leurs performances scénographiques époustouflantes, représente un défi de taille, qui n’inquiète guère Paris Society. « Nous avons investi les moyens nécessaires afin de satisfaire notre public : des shows permanents animés par des troupes de danseurs, des écrans suspendus au plafond et de nombreux jeux de lumière. Ce n’est pas qu’un simple spectacle, nous voulons faire participer le public en lui proposant une expérience totalement immersive. » Pour se faire, l’équipe du club fait appel au chorégraphe, danseur et directeur artistique Joseph Di Marco, qui a notamment travaillé sur plusieurs comédies musicales.


   À lire également
Les images impressionnantes des clubs parisiens perdus dans les eaux de la Seine

Concernant la programmation musicale, le mot d’ordre est « You know but you don’t know ». Volontairement évasif, Frédéric Agostini semble vouloir attiser la curiosité en laissant planer le mystère : « Nous désirons garder le secret. Néanmoins nous dévoilerons des teasers au fur et à mesure ». Information certaine, aucun DJ guest, mais quatre résidents se relaieront pour animer le lieu, à coup de deux par soirée. Quant au style musical, rien n’est encore officiel sinon qu’il sera diversifié. « La programmation ne tournera pas qu’autour de la musique électronique, comme c’était le cas au Showcase. Elle sera variée afin de plaire à beaucoup de monde. » Le sound-system en L-Acoustics promet selon lui une « musique de qualité digne des grands clubs »

L’ouverture du club se fera exclusivement lors des week-ends et jours fériés. Il faudra patienter jusqu’au 30 novembre pour découvrir ce que réserve véritablement le Bridge.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant