Paris : pour sa première édition, le festival FTMA veut replacer le son au cœur des arts

Écrit par Antonin Gratien
Le 05.10.2022, à 12h08
02 MIN LI-
RE
Écrit par Antonin Gratien
0 Partages
Du 11 au 16 octobre, expositions, concerts, performances et ateliers électriseront le 3537, dans le Marais à Paris, afin que “le médium sonore retrouve sa juste place au sein de l’art contemporain”.

Chaud, chaud, chaud ! Un nouveau festival dédié “à l’art sonore et aux musiques électro-acoustiques” co-chapeauté par le collectif et label fluxus temporis voit le jour cet automne, à Paris. Plus précisément du côté du lieu culturel 3537 – autre organisateur de l’évènement aux côtés de Rotary Lab. Au total, ce sont quelque 3000 m² d’un ancien hôtel particulier du Marais qu’investiront un peu plus de 25 artistes français et internationaux. Que ce soit sous la forme d’œuvres multimédias, d’art numérique ou d’installations immersives. Avec, pour promesse, que “le son sera à l’origine du processus de création de chaque pièce exposée“. Histoire d’offrir au champ esthétique encore en friche qu’est “l’art sonore” sa “juste place dans l’espace muséal et sa filiation avec l’art contemporain“.

See the music, Masomenos

Coup de projo’ sur la scène artistique contemporaine

Entre talents émergents, comme Jeanne Briand et Romain Azzaro qui présenteront une nouvelle installation sonore immersive, et artistes plus confirmés comme la DJ / productrice Chloé Thévenin ou la compositrice sud-africaine Sabisha Friedberg, l’objectif de FTMA est d’offrir une plateforme d’expression afin d’exposer leur expérimentations sonores dans les lieux partenaires du festival à Berlin (Monom Studios), Venise (Cosmo) et Paris (3537). Pour sa première parisienne, cohabiteront donc dans l’écrin d’exception du 3537 une dizaine de créations d’artistes venant d’Espagne, d’Italie, d’Australie ou encore des États-Unis à découvrir gratuitement.

Outre l’exposition de ces expérimentations en matière “d’art sonore”, cinq soirées de concerts et DJ set les 11, 12, 13, 14 et 15 octobre vont célébrer “les musiques électroniques, acousmatiques et expérimentales”. Avec au programme, notamment, plusieurs shows de compositions spatialisées. Ces lives créées spécialement pour le festival seront présentés par des artistes comme Jan Jelinek ou Nova Materia avec le système 4DSOUND de Monom Studios. Un bijou de technologie composé de 28 (!) enceintes omnidirectionnelles, spécialement acheminé de Berlin pour l’occasion. Autre opportunité en or : taper du pied au rythme d’une véritable fanfare d’enceintes – aussi appelé “acousmonium”. Alcôme installera ce dispositif d’exception “pour présenter des pièces de musiques électro-acoustiques classiques et contemporaines“. Dans le cadre d’un concert mené par le collectif français, et d’ateliers de découverte. 

Acousmonium, Alcôme

En marge de ces représentations, le célèbre Groupe de Recherches Musicales (GRM) rattaché à l’INA et créée par l’un des pionniers de la musique électroacoustique, Pierre Schaeffer, organisera deux workshops consacrés à ses logiciels de productions musicales. Avec, toujours en tête, le rêve fondateur du FTMA festival. Celui de “re-définir la musique, le bruit, le son. Ou peut-être une manière de matérialiser ce qui n’a pas d’enveloppe physique“. Tout un programme ! À découvrir en mélodies symphoniques et drops grinçants, donc.

FTMA Festival au 3537, 35 Rue des Francs Bourgeois, du 11 au 16 octobre

Accès aux expositions gratuit, de 11h à 19h

Places pour les concerts disponibles dès maintenant sur Shotgun

Playlist complète du festival à explorer via Spotify

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant