Paris : le Red Bull Music Festival va célébrer la scène urbaine dans 2 lieux emblématiques de la ville

Écrit par Thomas Guichard
Le 16.09.2019, à 14h44
02 MIN LI-
RE
©Geoffrey Hubbel
Écrit par Thomas Guichard
Du 20 au 29 septembre 2019, le Red Bull Music Festival posera ses valises à La Bellevilloise et à La Maroquinerie lors d’une soirée intitulée “Double Jeu”, dédiée aux scènes urbaines, électroniques, mais aussi rap et dancehall.

On ne présente plus la marque aux taureaux ailés et ses événements qui mettent en valeur les musiques émergentes venues de Paris et de sa banlieue. Pour sa quatrième édition, le Red Bull Music Festival envahit la capitale du 20 au 29 septembre pour cinq événements dans cinq lieux différents. Le samedi 28 septembre, les deux salles voisines de la rue Boyer (20ème arrondissement), La Maroquinerie et La Bellevilloise, seront mobilisées pour l’opération, de 22 h à 6 h pour la soirée “Double Jeu”.

À La Bellevilloise, la programmation est résolument orientée rap, dancehall et musiques urbaines avec, en haut de l’affiche, le DJ montréalais Lunice. Cet ancien producteur des pontes nord-américains Rick Ross, Kanye West et Flying Lotus devrait livrer un set bourré d’énergie et de mains en l’air. La présence de la DJ parisienne Andy 4000 parmi les autres noms annoncés (dont le Suisse Makala et le Belge Kobo) illustre la bonne santé de la scène hip-hop parisienne, qui s’épanouit quelque part entre future bass et trap version US.

Du côté de La Maroquinerie, l’afrobeat sera mis à l’honneur par plusieurs ambassadeurs de grande qualité. On pense d’abord au duo franco-congolais Tshegue, l’une des révélations musicales de cette année, qui s’était fait notamment connaître au moment de la sortie de leur clip “M-Benga Bila”, tourné dans les rues de la Goutte d’Or. Pour couronner le tout, ils seront accompagnés des hyperactifs du crew Boukan Records – Bamao Yendé, Fatal Walima, Le Diouck et Sottoh – dont on ne présente plus les rythmiques endiablées.

Que dire, ensuite, du prodige Slikback ? Depuis la sortie de son EP Lasakaneku l’année dernière, sa carrière est entrée dans nouvelle dimension. Issu du collectif Nyege Nyege, ce DJ et producteur kenyan jongle entre le gqom sud-africain, des sons de la mythique Roland TR-808 et des classiques de la trap. À ne pas rater non plus : la prestation de la DJ Crystallmess, qui intervient régulièrement lors des événements féministes et queer de la capitale.

Le programme complet et la billetterie sont à retrouver sur le site du Red Bull Music Festival et la page Facebook de l’événement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant