Paris : le mythique label gabber et hardcore Mokum va rosser le Rex Club avec les Casual Gabberz

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©D.R
Le 25.09.2018, à 18h19
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©D.R
Le label hollandais Mokum Records, spécialisé dans les rythmes gabber et hardcore effrénés, fête ses 25 ans cette année. Pour l’occasion, ses membres investissent le Rex Club  le 28 septembre et convient la scène contemporaine : Casual Gabberz, Chosen Few, Dano et Leviathan aka Tellurian les épauleront pour célébrer ce quart de siècle.


Issu du mot yiddish (désignant Amsterdam dans la communauté juive), Mokum a réussi à placer le hardcore et le gabber à leur plus haut rang dès 1995. Avec plus de 100 sorties, il est depuis ses origines l’un de ses plus fervents fers de lance. Mais Mokum signifie aussi “lieu sûr” : lorsque dans les années 1990, le gabber sera un temps assimilé aux mouvement néonazi, le label mènera une véritable lutte pour que son esprit originel ne soit pas galvaudé . C’est ainsi qu’il inscrit sur chaque vinyle la maxime culte « United Gabbers Against Racism and Fascism ». Pour leurs 25 ans, ses membres livrent à Trax les cinq morceaux emblématiques d’une histoire de combat sonore.




Chosen Few – Name of the DJ (2011)

Chosen Few alias Francois Prijt a été l’un des tout premiers producteurs de Mokum. Il est originaire de la banlieue d’Amsterdam, où il a baigné dans le milieu du hip-hop et du graffiti. En 1996, il a créé cet hymne hardcore épique avec d’énormes bassdrums filtrés et des samples de hip-hop. Un des morceaux hardcore les plus massifs et mémorables de tous les temps

Technohead – I Wanna Be A Hippy (1995)

Après avoir tourné un bout de temps dans l’underground comme l’un des bangers de Technohead (Lee Newman et Michael Wells), ce morceau a eu droit à son « radio mix » par Flamman & Abraxas. C’est parti comme une blague, personne à l’époque ne s’attendait à ce qu’un son hardcore puisse connaître le succès commercial. Ça a changé la face du hardcore et marqué le début du « happy hardcore » qui allait tuer la scène plus tard dans les années 90. Le track a atteint le top 10 dans 18 pays, dont l’Uruguay, et s’est vendu à plus de 1 000 000 d’exemplaires.

Tellurian – Guyver (1998)

Michel Klaassen, alias Tellurian, était un autre producteur de Mokum depuis ses tout débuts – ce titre est devenu un classique de Mokum et un hymne hardcore. Il a fait de Michel l’un des véritables producteurs de hardcore.

Dano & Liza N Eliaz – Manicure (1996)

Dano (l’un des cofondateurs de Mokum) a collaboré avec la légende belge du terror Liza N Eliaz, qui est malheureusement décédée à la fin des années 90. À l’époque, Mokum faisait partie de Roadrunner Records, spécialisé dans les groupes de death metal américains tels que Slipknot et Sepultura. Du coup, Mokum s’est retrouvé à faire un certain nombre de remixes hardcore du groupe de death metal basé à Los Angeles Fear Factory, dont les musiciens adoraient le son taré du hardcore européen.

The Twins Artcore & Rexanthony – Across the Land (2018)

25 ans après le début du label, le hardcore est de retour et attire à nouveau d’immenses foules dans des soirées sur plusieurs continents. Mokum est toujours (très) vivant – comme on peut l’entendre sur la dernière release de Mokum, à paraître en octobre 2018, par les Twins Artcore et la légende du trancecore italien Rexanthony. La folie !!!

Pour célébrer les 25 ans des gars de Mokum avec eux, c’est ici.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant