Paris : Carl Craig invite Detroit à prendre le contrôle du Rex Club

Écrit par Théophile Robert
Le 10.01.2019, à 11h28
02 MIN LI-
RE
©D.R.
Écrit par Théophile Robert
En 2019, les soirées Detroit Love de Paris s’installeront au Rex Club, berceau historique de la techno et de la house au sein de la capitale. Pour son inauguration le 18 janvier prochain, la résidence a invité trois vétérans : Carl Craig, Amp Fiddler et DJ Deep.


En ce début d’année, le Rex Club accueillera les deux prochaines soirées Detroit Love. Cette résidence rend hommage à la ville natale de la techno en invitant partout dans le monde des artistes emblématiques de la ville, qu’ils en soient originaires ou ses plus fidèles héritiers. En escale à Paris, édition, elle invitera le 18 janvier prochain trois artistes dont la réputation égale celle de la Motor City.

À cette occasion, le Rex a convié le fondateur des soirées Detroit Love : Carl Craig. Le pionnier de la deuxième génération de la techno de Detroit fêtera en 2019 ses 50 ans (ainsi que ses 30 ans de production musicale depuis sa première sortie, « Neurotic Behaviour »). En 1991, il crée son label Planet E Recordings, aujourd’hui incontournable pour les aficionados. Le claviériste et chanteur Amp Fiddler se produira également en live au cours de cette soirée. Originaire de Detroit, il a notamment fait partie des groupes de funk Parliament et Funkadelic, mais d’Enchantment, le groupe de r’n’b connu pour son titre « Gloria » sorti en 1976.

Le programmateur du Rex Club explique l’invitation de DJ Deep en détaillant le concept du cycle : « Les soirées Detroit Love au Rex tracent une ligne artistique aussi bien ouverte aux hybridations musicales qu’à la techno des origines made in Detroit. » L’artiste français est un spécialiste des scènes de New York, Chicago et Detroit, passionné de vinyles et digger averti. En 2003, il lance son label Deeply Rooted sur lequel sont notamment sortis plusieurs projets de Kerri Chandler, et quelques titres de Ben Klock.

   À lire également
Rex Club : ce que vous ne savez (peut-être) pas

New York, Detroit et Chicago : ces trois grandes villes ont vu naître et grandir côte à côte la techno et la house entre culture afro-américaine, revendications sociales et machines futuristes. Ce contexte a été plus que propice à l’expérimentation, comme le rappelle le précepte de Derrick May « La techno c’est Georges Clinton et Kraftwerk coincés dans un ascenseur ».

Quant au Rex Club, il a depuis toujours été, à Paris, le point de rendez-vous privilégié de ces trois scènes, comme en témoignent les historiques soirées Wake Up organisées par Garnier dans les années 1990, qui ont su réunir entre autres Lil Louis, Carl Cox, Ron Trent ou Jeff Mills. Si 2018 fut une année riche pour le club avec le passage de Moodymann, Kenny Dope, Derrick May ou encore Kyle Hall, 2019 promet d’être encore plus grandiose.

La billetterie est ouverte ici. Plus d’informations sur la page Facebook de l’événement

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant