Boiler Room démarre une tournée pour lancer sa ligne de merch 100% clubbing

Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Boiler Room
Le 16.01.2020, à 14h29
02 MIN LI-
RE
©Boiler Room
Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Boiler Room
Boiler Room démarre aujourd’hui à Paris une tournée de lancement de son merchandising. La fameuse web TV londonienne s’installe ce soir au Petit Palace pour une soirée curatée par Crystallmess, une des sept artistes et collectifs à avoir participé à la conception de cette ligne de prêt-à-porter 100% clubbing.

Une soirée Boiler Room programmée par la DJ et productrice Crystallmess se tiendra ce soir jeudi 16 janvier au Petit Palace, dans le 9e arrondissement de Paris. Il s’agit de la première soirée de promotion de Club 20/20, une ligne de vêtements clubbing qui constituera le merchandising de la célèbre web TV. Fort de ses dix années d’activité qu’il célébrera le 29 août prochain avec le collectif parisien Possession, le projet londonien qui a fait le tour du monde mettra sa collection de prêt-à-porter en vente sur son site le 7 mars prochain. En attendant, des éditions limitées de t-shirts conçus en collaboration avec des artistes ou collectifs seront vendues dans sept magasins partenaires à travers le monde. Pour réaliser ces capsules, l’équipe de Boiler Room s’est adressée à des artistes pluridisciplinaires dont elle apprécie l’état d’esprit, le style, la musique : Mowalola à Londres, No Shade à Berlin, Juliana Huxtable à New York, Leilah Weinraub à Los Angeles, Asian Dope Boys à Shanghai, Lil Mofo à Tokyo et Crystallmess à Paris.

01

Cette dernière, DJ et productrice, mais aussi essayiste et consultante musicale pour Kenzo, Paco Rabanne puis pour la marque américaine Telfar pour laquelle elle a composé, explique à Trax Magazine comment elle s’est réconciliée avec l’univers de la mode : « J’ai toujours été attirée par le vêtement. Comme beaucoup à Paris, qu’on dit être la capitale de la mode. Mais quand j’étais plus jeune, j’avais des a priori parce que la mode n’était pas très inclusive : on ne voyait que très peu de différence entre les mannequins, pas de plus size, peu de femmes noires… Ces dernières années, ça s’est beaucoup ouvert ». En s’entourant de personnes compétentes parmi ses proches, elle a designé pour Boiler Room un t-shirt inspiré d’un de ses morceaux “Just Because it’s A Funeral Doesn’t Mean We Can’t Rave”. « Nous vivons une époque sombre, et le clubbing est un exutoire pour beaucoup. Je voulais traduire ça dans un design qui ne soit pas naïf, qui assume l’idée que nous vivons la dernière rave avant l’apocalypse ». Son t-shirt sera disponible à la vente aux Galeries Lafayette des Champs-Élysées lundi prochain, jour de lancement de la fashion week parisienne.

Pour promouvoir ces éditions limitées, chaque artiste ou collectif sera en charge de la programmation d’une soirée Boiler Room dans sa ville respective. Ainsi, ce soir au Petit Palace, Crystallmess s’entoure de Low Jack, DJ Lycox et Moesha 13, « des artistes qui représentent quelque chose de différent à Paris, qui rompent avec l’hégémonie techno pour aller vers des horizons différents tout en rentrant dans un même sillon : pousser les gens à écouter des choses différentes et à sortir des sentiers battus ».

Toutes les informations sur l’événement sont à retrouver sur sa page Facebook.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant