Paris : alors que les clubs sont fermés, une fête improvisée aux Invalides dégénère

Écrit par Emma Buoncristiani
Photo de couverture : ©Affiche du film "Projet X"
Le 29.06.2020, à 15h36
02 MIN LI-
RE
©Affiche du film "Projet X"
Écrit par Emma Buoncristiani
Photo de couverture : ©Affiche du film "Projet X"
0 Partages
Ce samedi 27 juin, une soirée baptisée “Projet X” sur l’esplanade des Invalides à Paris a dégénéré en affrontements entre les policiers et les participants à la fête sauvage improvisée. Cinq interpellations au total, et une ambiance pour le moins agitée. En ce début d’été, à l’heure ou les lieux de vie nocturne sont toujours fermés, il semblerait que les jeunes parisiens aient trouvé d’autres manières de faire la fête ensemble, sans aucun cadre.

Tout part d’un appel sur les réseaux sociaux, intitulée “Projet X”. Son nom annonce d’emblée la couleur, inspiré du film américain éponyme sorti en 2012 dans lequel une énorme fête organisée par des adolescents vire à la débauche. 

Contactée par Franceinfo, la préfecture de police annonce que « près de 2 000 personnes », pour la plupart relativement jeunes, ont répondu présent samedi 27 juin pour cette fameuse soirée. Et l’interdiction des grands rassemblements n’a pas semblé décourager les participants. Anaëlle, Parisienne de 19 ans, explique à l’AFP qu’elle et ses amis en ont « entendu parler sur les réseaux ». Selon elle toujours, ils étaient « quelques centaines, il y avait un peu de musique, des gens avec des enceintes mais rien d’organisé ». Fumigènes, artifices et foule compacte donc pour le début de la soirée.

La fête tourne à l’affrontement avec les forces de l’ordre

Mais les forces de l’ordre interviennent pour mettre fin à l’événement. Ils évacuent la plupart des participants dans le calme jusqu’à ce que la situation dégénère, probablement suite à des jets de projectiles sur les véhicules de police et sur le commissariat du 7ème arrondissement.

De l’autre côté, grenades de désencerclement et gaz lacrymogènes sont utilisés. S’en suivent des aller-retour entre les jeunes et les forces de l’ordre. Au final, cinq interpellations, dont une, relativement violente, filmée et publiée sur les réseaux sociaux.

La fermeture des clubs comme responsable ?

« Vu que tout est fermé, on est un peu restreint niveau boîtes de nuit », livre une jeune fille au micro d’Europe 1. Cette situation inédite pose en effet question quant à la fermeture des clubs et discothèques pendant tout l’été. En ce début de saison estival, les jeunes parisiens ont en tout cas l’air bien décidés à profiter coûte que coûte de la nuit, et ce même si leurs lieux habituels demeurent fermés. Même sans cadre, ce type de rassemblement pourrait donc avoir lieu à nouveau. Un autre est d’ailleurs déjà prévu pour le 3 juillet prochain, au même endroit.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant