Paris : 6H d’after house, electroclash et techno après la foire aux disques électroniques Trax Convention

Écrit par Trax Magazine
Le 27.03.2018, à 11h50
02 MIN LI-
RE
©D.R.
Écrit par Trax Magazine
La grande foire aux disques 100% électronique Trax Convention est de retour le 21 avril. Après une journée à fouiller les bacs et 6H de DJ set en rooftop au Generator Hostels Paris, la fête redoublera d’intensité au Badaboum dès minuit. Enfilez vos plus belles baskets pour danser au son de l’electro-maloya, de la deep house, de l’italo disco, de l’electroclash et la techno old school jusqu’au petit matin.

Marre des line-up « house to techno » pas imaginatifs pour un sou ? Le 21 avril prochain, le mélange des genres et des générations sera de mise au Badaboum. Juste le temps de rentrer poser ses précieux vinyles chinés chez l’un des 30 labels indépendants invités à la Trax Convention, avant de mettre le cap sur le club de la rue des Taillandiers, où résonnera dès minuit le live ensorcelant de Loya. Signé chez Mawimbi, cet artisan poursuit la fusion des musiques traditionnelles réunionnaises et électroniques, après Jako Marron ou Labelle, pour proposer un bouillon percussif entre maloya, techno et bass music. Une vibe singulière, mystique parfois, sans jamais verser dans l’exotisme.

Lui succèdera un des meilleurs espoirs de la house française, le talentueux Tour Maubourg du label Pont Neuf Records (Folamour, Sweely, Alva). Sa signature ? Un groove à s’en faire fondre les semelles, entre deep house à la Prescription Records et sampling façon hip-hop, héritage de la vague filter house parisienne des Motorbass et autre Roulé Records. Belle entrée en matière pour David Carretta, ce que la scène française nous a donné de plus suave et furieux à la fois.

Le Provencal débute en 96 sur le label International Deejay Gigolo de DJ Hell, enchaine les sorties entre EBM, new wave, electroclash, techno, atteignant un sommet en 2004 avec l’album Kill Your Radio. 20 ans d’electro nerveuse et sexy, récemment mis à l’honneur sur une double compilation du label Unknown Pleasures. Derrière les platines, l’acolyte d’Arnaud Rebotini (qui mixer la journée à la Trax Convention) et de Miss Kittin promet un set qui restera gravé dans les mémoires.

Et pour finir, techno. Et pas n’importe laquelle. Aujourd’hui signé sur KMS et Get Physical, c’est le taulier et ex-résident du Rex Club Chris Honorat, plus connu sous son pseudo Chaotik Ramses – figure de proue du label F Communication de Laurent Garnier à la fin des années 90 – qui s’y colle avec un set 100% vinyles. Comme au bon vieux temps.

Toutes les informations sur l’afterparty Trax Convention sont à retrouver sur la page Facebook de l’évènement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant