Pakistan : une militante trans arrêtée pour s’être élevée contre la transphobie

Écrit par Marion Adrast
Photo de couverture : ©Javaria Waseem/Instagram
Le 20.08.2020, à 12h22
02 MIN LI-
RE
©Javaria Waseem/Instagram
Écrit par Marion Adrast
Photo de couverture : ©Javaria Waseem/Instagram
0 Partages
Julie Khan, femme trans et militante, a été détenue pendant sept jours dans une prison pour hommes, avant d’être libérée sous caution. Des manifestants ont protesté contre son arrestation sous le hashtag #JusticeForJulie.

#JusticeForJulie. Le 16 août dernier au Pakistan, des activistes de la communauté transgenre ont manifesté devant le National Press Club de la capitale Islamabad pour protester contre l’arrestation de la femme trans et militante Julie Khan. Elle a été arrêté pour s’être prononcée contre la transphobie dans ce pays pourtant progressiste en matière de lois pour la protection des personnes trans, avant d’être détenue pendant sept jours dans une prison pour hommes. La militante a finalement été libérée sous caution.

D’après les manifestants, l’arrestation de Julie Khan a été effectuée sans mandat et la militante aurait été maltraitée par des policiers. « Nous pensons que la communauté trans a le droit d’être traitée avec dignité et respect et nous nous opposons au fait que Julie soit en garde à vue depuis le 10 août » a déclaré l’organisatrice de la campagne #JusticeForJulie.

Depuis 2018, une loi permet aux citoyens pakistanais d’identifier eux-même leur sexe. En 2016, des religieux ont même déclaré le mariage trans légal dans l’islam, mais la discrimination transphobe reste un problème de société dans le pays. « Je ferai en sorte de m’élever contre l’injustice et je continuerai à me battre. Si vous me tuez, ma mort laissera derrière moi tellement de militants et le combat ne s’arrêtera jamais », a déclaré Julie dans sa première interview après sa libération.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant