Overdose à Dehors Brut : le père de la victime témoigne et appelle à la prévention

Écrit par Erwan Lecoup
Le 23.09.2019, à 12h28
02 MIN LI-
RE
©LP/M.L
Écrit par Erwan Lecoup
Le père de Louis Chassang, ce jeune étudiant en droit décédé après une overdose d’ecstasy le 1er septembre 2019, a pris la parole pour s’exprimer et sensibiliser les jeunes et les parents face à la consommation de drogue. La politique de prévention de l’État se retrouve une fois de plus au cœur du débat.

Il y a 3 semaines le dimanche 1er septembre 2019, Louis Chassang, un jeune homme de 21 ans est décédé suite à une overdose d’ecstasy (MDMA) après une soirée à Dehors Brut. Fermé administrativement dans la foulée par la préfecture de police de Paris, le nouveau lieu éphémère du collectif Surpr!ze s’est vu contraint d’annuler toute sa programmation.

Le jour des obsèques de Louis, le 19 septembre 2019 à l’Église américaine de Paris, son père Martin Chassang a décidé de créer la page Facebook #OneLifeNoEcstasy pour sensibiliser jeunes et parents vis-à-vis de cette drogue. Partagée près de 1 500 fois, la page a pour but de « donner un sens à cette tragédie, (…) pour tous les Louis en puissance, qui sont consommateurs ou qui vont l’être, et qui doivent être sauvés de ce fléau », confie M. Chassang au Parisien.

C’est une « une douleur insupportable, viscérale » pour ce père médecin urgentiste, qui est partagé entre « la haine, la colère, le regret, la culpabilité, de ne pas avoir su le protéger, ou le protéger de ça… », témoigne également Martin Chassang dans une interview donnée à TF1 dans le cadre d’une enquête sur la consommation de drogues en soirées étudiantes.

La corrélation faite dans ce reportage entre les décès liés à la surconsommation de drogues et les clubs et boîtes de nuit est à tempérer. En effet, selon les recherches de l’AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris), seulement 5 % des incidents liés à la consommation d’ecstasy se dérouleraient dans des établissements de nuit, l’immense majorité intervenant dans des contextes privés

Depuis ces événements tragiques, plusieurs alertes ont été lancées par les acteurs de la Nuit, espérant susciter la réaction des pouvoirs publics vis-à-vis de ce « sujet de santé publique grave » et appelant à la mise en place de mesures de prévention et de réduction des risques assumées par l’État. Parmi ces appels, le communiqué du Collectif Action Nuit à propos de l’ecstasy « chinois », et la tribune relayée par Libération et signée par les acteurs de la Nuit parisienne le 20 septembre 2019.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant