Oui, l’industrie du textile peut (vraiment) s’engager pour l’écologie et le féminisme

Photo de couverture : ©Uniqlo
Le 14.10.2019, à 14h22
03 MIN LI-
RE
©Uniqlo
Photo de couverture : ©Uniqlo
Lors de la dernière Fashion Week de Londres, la marque japonaise Uniqlo présentait ses technologies de pointe lors d’une exposition immersive ouverte au public. Ce fut également l’occasion pour la maison de prêt-à-porter de détailler son engagement plus actuel que jamais concernant les enjeux culturels, sociaux et environnementaux.

À Londres, tous les derniers vendredis du mois, la Tate Modern ouvre ses portes pour une nocturne célébrant l’art et la musique. Organisées en partenariat avec la marque Uniqlo et la réputée NTS radio, les soirées Uniqlo Tate Lates convient les DJ’s résidents et invités de la webradio réputée à mixer lors de projections d’œuvres visuelles, et permettent aux visiteurs de profiter des expositions tout en découvrant le travail d’artistes émergents.

« Chez Uniqlo, nous avons toujours admiré l’engagement de Londres dans l’innovation et l’accessibilité ; et la façon dont cette ville place la créativité et l’imagination au centre de tout ce qu’elle fait », déclare la marque sur son site Internet. Assurant partager ces valeurs, la firme japonaise s’attache à soutenir la scène artistique internationale, notamment par le biais de ses nombreux partenariats avec de grandes institutions de l’art contemporain, comme la Tate Modern de Londres, mais aussi le MoMA de New-York, l’Institut d’art contemporain de Boston ou le Musée d’art contemporain de Moscou… Derrière ces collaborations (matérialisées notamment par l’impression d’œuvres d’art sur des T-shirts) se trouve la volonté de « faire sortir l’art dans la rue », et de rendre la culture accessible à tous.

Outre son implication dans le milieu culturel, la firme s’investit avec ampleur mais discrétion dans bien d’autres secteurs. Alors qu’Uniqlo ne semble pas viser une cible de consommateurs spécialement jeunes, la marque démontre à travers ses divers engagements qu’elle est en fait bien plus proche des combats et intérêts des nouvelles générations qu’une grande partie de l’industrie du prêt-à-porter d’aujourd’hui.

D’un point de vue éthique et social d’abord, Uniqlo œuvre à établir au sein de son entreprise une dimension paritaire et égalitaire à tous les niveaux de l’échelle. À titre d’exemple, Fast Retailing – société mère de la marque – signait cette année une alliance mondiale avec ONU Femmes défendant les droits et l’autonomisation économique des femmes dans l’industrie de l’habillement. Investissant 1,6 million de dollars dans la mise en place de ce programme, la société cherche à « créer un environnement qui permette à toutes les femmes de [son] activité et de [son] entreprise de jouer un rôle important dans la société », déclarait Tadashi Yanai, PDG de Fast Retailing Co.

D’un point de vue environnemental ensuite, la firme japonaise s’engage depuis plusieurs années à concevoir des produits durables et responsables, et place l’écologie au cœur de sa démarche via les différents processus de recyclage utilisés dans la productions de ses vêtements (utilisation de matériaux recyclés, récupération de textiles usagés, réduction de 99% de la consommation d’eau utilisée pour le lavage…). En travaillant avec l’entreprise d’innovation textile Toray Industries, Uniqlo développe depuis des années des technologies révolutionnaires qui lui permettent de produire des vêtements de qualité tout en ayant un impact moindre sur l’environnement.

Si l’on connaît l’impact extrêmement néfaste de l’industrie du textile en matière d’environnement comme de droits humains, on ne peut que saluer les actions mises en œuvre par certaines entreprises pour aller dans le bon sens. Chaque année depuis 2013, l’organisation de charité australienne Baptist World Aid dresse un rapport sur l’éthique de l’industrie de la mode, dans laquelle elle note (de A à F) différentes marques en fonction de ses efforts pour améliorer la qualité de travail de ses employés ainsi que son impact écologique. En 2018, Uniqlo était noté D+, n’ayant pas tenu à révéler les détails de son organisation. En 2019, le rapport accorde la note de B+ à la firme japonaise, saluant ses efforts sur les plans de traçabilité, d’engagement écologique et de politiques de management.

01
©Marc Sethi

Du 17 au 22 septembre dernier, Uniqlo investissait la Sommerset House de Londres avec une exposition spéciale présentant de façon immersive et expérimentale sa philosophie et ses technologies. Prenant place en pleine Fashion Week londonienne l’événement, ouvert à tous et intitulé The Art and Science of LifeWear : New Form Follows Function, était l’occasion d’en savoir plus sur les préoccupations d’une marque bien ancrée dans son temps, et de réaliser qu’il est en fait possible qu’une grande marque de l’industrie du vêtement s’intéresse sincèrement aux enjeux féministes, écologiques, et plus globalement sociaux qui meut la jeunesse d’aujourd’hui. En témoigne la présence de la radio indépendante et engagée NTS, qui présentait les T-shirts issus de sa collaboration avec la marque à l’occasion d’un DJ set devant un poster clamant « Commercial radio still sucks » (la radio commerciale craint toujours).

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant