Orléans : un open-air disco, house et micro gratuit investira un jardin public le temps d’un week-end

Écrit par Léna Baux
Photo de couverture : ©J Grelet
Le 15.04.2019, à 10h35
02 MIN LI-
RE
©J Grelet
Écrit par Léna Baux
Photo de couverture : ©J Grelet
Fort du succès de sa première édition, l’évènement Fusion Festival, d’abord prévu sur un seul jour, va se transformer en Fusion Estivale, version étendue sur tout un week-end, les 18 et 19 mai prochains à Orléans. Au programme : deux jours de disco, house et micro-house 100% gratuits.

En 2018, le Jardin de l’Evêché et le campus universitaire d’Orléans étaient déjà le théâtre d’un évènement électronique inédit, qui a su s’inscrire en tant que référence dans le paysage évènementiel du département du Loiret et de la région Centre. Suite au succès rencontré, les deux associations organisatrices – Splitzer et Tarmac 3000 – ont décidé de réitérer l’expérience les 18 et 19 mai prochains. Se tenant cette année encore dans le cadre atypique du Jardin de l’évêché, l’évènement est rebaptisé Fusion Estivale, témoignant de l’intention des organisateurs de faire de ce rassemblement le rendez-vous annuel de la région. « Le lieu est un petit bijou en plein centre ville », décrit fièrement Simon Gauthier, président et chargé de production chez Splitzer. « Il y a cette grande cathédrale à l’architecture remarquable, derrière laquelle il est incroyable de voir le soleil se coucher. » À l’origine sur une seule soirée, le format s’étendra cette année à deux jours de disco, house et micro-house, conservant toutefois son entière gratuité. Les organisateurs sont, à juste titre, particulièrement fiers de proposer à la population orléanaise ce format gratuit qui leur permet « d’élargir [leur] spectre à un public non initié, dans une ville où la scène électronique est très restreinte ».

Cette idée de “fusion”, on la retrouve avant tout dans la « construction d’un line-up en deux temps à l’image de [leurs] deux collectifs, Tarmac 3000 ayant une sensibilité micro, house, minimale et Splitzer plutôt house et disco », comme l’explique Simon. C’est également, selon eux, la confrontation des saisons, de la fin du printemps au début de l’été. « Les sonorités froides de la minimale » le samedi, découleront ensuite le dimanche sur « la house, la disco et le funk, qui clôtureront le festival avec des promesses estivales ». Ainsi en termes de programmation, le jardin accueillera d’abord Cabanne, « un des plus grands patrons de la scène micro-house et minimale française », et Lowris, DJ résident de Concrete qui « représente la nouvelle et prometteuse génération ». Le deuxième jour sera quant à lui le rendez-vous de sonorités plus chaudes, avec notamment la vedette Folamour, « étoile montante de la house française », qui se produira aux côtés d’artistes moins connus, issus de la nouvelle scène du genre. Mézigue, fondateur du label parisien D.KO Records et figure incontournable de la scène house française, se chargera de faire la transition entre les deux jours du festival, avec une prestation allant de la house à la techno.

Cette année, les organisateurs font aussi la promesse de deux évènements supplémentaires, pour deux fois plus de plaisir. Le week-end dernier avait déjà lieu la version off du festival, dans une warehouse près d’Orléans, offrant un avant goût précieux de l’événement, et une after party est à prévoir pour la nuit du samedi 18 mai.

Toutes les informations sont à retrouver sur la page Facebook de l’évènement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant