Native Instruments rebat les codes du sampling

Écrit par Trax Magazine
Le 29.08.2018, à 15h42
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Trax Magazine
0 Partage
Native Instruments, temple des machines et logiciels pour les producteurs de musique, ne cesse d’innover pour le plus grand plaisir de ceux-ci. C’est maintenant au sampling que le créateur s’attaque, avec une gamme de mises à jour qui permettent une modification infinie de n’importe quel échantillon sonore.


Native Instruments, qui depuis 1996 ravit musiciens et producteurs amateurs ou professionnels avec quantité de logiciels de traitement du son, ou bien d’instruments, a dernièrement franchi un nouveau cap. Et un cap de taille : l’un de ses produits phares, le logiciel de création Maschine, vient de subir une considérable amélioration. 

Il permet maintenant de manipuler à l’envie ce qu’on appelle un sample, dont le principe consiste à prélever un échantillon d’un morceau, que ce soit une cymbale, une voix, une note de saxophone ou quoi que ce soit d’autre, pour l’utiliser dans son propre projet musical. La majorité des morceaux hip-hop, et même house, utilise ce procédé. L’innovation qu’apporte Native Instruments, c’est de pouvoir modifier radicalement le sample en question. Sa vitesse, sa tonalité, sa rythmique sont à présent modulables à merci. 

Il suffit d’utiliser le « sampler » du logiciel Maschine pour sélectionner l’échantillon de son choix, qui deviendra donc une piste musicale à part entière. En d’autres termes, ce qui n’était qu’un détail dans le morceau d’origine peut devenir la base rythmique, mélodique, du nouveau. De même, il est possible de composer un track à partir d’une multitude de samples, qui une fois, rendus plus aigus, plus graves, raccourcis, inversés, accélérés sonneront comme une nouvelle musique à part entière.

Dans une série de vidéos explicatives remarquablement pédagogiques, on peut y voir un beatmaker isoler au gré de ses envies les parties de n’importe quelle batterie, ou de voix. L’échantillon prélevé comporte au départ plusieurs sonorités : une « snare » (caisse claire), un kick (grosse caisse) clap, et une voix. Grâce à Maschine et son contrôleur manuel, il rend muet le kick et le clap, ne gardant que ce qui l’intéresse pour ensuite l’incorporer à son morceau existant. Après avoir modifié sa tonalité, accentué certaines notes selon son imagination, ajouté des effets, des textures, le résultat est d’une immédiate efficacité. A l’image de celle de Native Instruments, qui facilite l’accès à la culture et la technique du sampling avec brio.

Bien d’autres fonctionnalités plus techniques sont disponibles, qu’il est disponible de découvrir dans cette playlist de Native Instruments regorgeant de présentation et tutoriels :

0 Partage

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant