Nanterre : La Ferme du Bonheur menacée par la construction d’une concession automobile

Photo de couverture : ©Rémy Golinelli
Le 02.06.2022, à 13h29
02 MIN LI-
RE
©Rémy Golinelli
Photo de couverture : ©Rémy Golinelli
0 Partages
Mise en péril par le maire de Nanterre et la construction d’une concession automobile, la Ferme du Bonheur, friche éco-responsable et festive emblématique de la région parisienne, a lancé une pétition et un grand week-end de rassemblement pour lutter contre ces pressions.

Cela fait près de 30 ans que la Ferme du Bonheur agit comme une véritable cour des miracles à Nanterre. Entre les échangeurs de l’autoroute, les cités des 70’s, la fac de Nanterre et la maison d’arrêt se trouve ce havre de paix et de fête qui abrite une basse-cour, une bergerie, une porcherie, un rucher, mais aussi un théâtre, un restaurant associatif et des espaces d’open air, où des collectifs comme La Mamie’s ont notamment leurs habitudes. Poésie, musique, théâtre, danse cohabitent avec la nature et les animaux : cette friche est garante d’une vraie biodiversité culturelle, écologique, sociale, politique…

La Ferme du Bonheur, Nanterre

Pourtant, ce paradis fondé par le « petit paysan d’opérette » Roger des Près est aujourd’hui menacé par la mairie de Nanterre, qui prévoit de déloger ce joli monde pour lancer la construction d’une concession automobile et d’un échangeur routier (qui menaçait déjà le lieu en février 2020). Depuis le mois d’avril 2022, le maire a coupé à la Ferme du Bonheur ses subventions, et lui a retiré son habilitation à recevoir du public. Les soirées et concerts (qui financent les différentes actions de la friche) sont annulés, les salariés menacés d’expulsion, des dizaines de moutons et cochons ont déjà été exfiltrés et le lieu compte un manque à gagner de 55 000 €. L’avenir du plus joli spot de Paris est plus que jamais en danger.

« La mairie “de gauche” ne recule devant rien pour faire avancer sa bétonisation de la ville au mépris de toutes les alarmes sociales et écologiques ! » Mais Roger des Près n’a pas dit son dernier mot : une pétition refusant le projet de la mairie mobilise déjà plus de 7000 signatures. Vous pouvez soutenir la friche et ses habitants en la signant ici. De plus, la Ferme du Bonheur profitera du mouvement national “Rendez-vous aux Jardins” organisé par le ministère de la Culture ces 3, 4 et 5 juin pour ouvrir ses portes et mener 3 jours de rassemblement, promenades, conférences, lectures, dont celle de la magnifique nouvelle de Jean Giono L’Homme qui plantait des arbres, lue samedi par Roger des Près lui-même, son chien et ses moutons. Plus d’informations ici.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant