Marseille : On a visité l’expo Arts de l’Islam avec la playlist sur-mesure d’Acid Arab

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Nick Fewings
Le 17.01.2022, à 15h32
03 MIN LI-
RE
©Nick Fewings
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Nick Fewings
En partenariat
avec
0 Partages
Des œuvres antiques comme contemporaines, venant de tout le pourtour de la Méditerranée, racontent les dialogues et les liens présents entre Europe et monde islamique. Et pour appuyer le propos, Acid Arab a imaginé la playlist parfaite pour découvrir l’expo.

Par Soizic Pineau

Vous avez jusqu’au 27 mars pour visiter Arts de l’Islam, un passé pour un présent à Marseille. Porté par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais et Le Louvre, le projet a vu le jour simultanément dans 18 villes de France. Accessible et immersive, l’exposition compte bien mettre en avant les dialogues et les liens existants entre l’Europe et le monde islamique, et ce dès le moyen-âge. En tout, c’est 180 œuvres réparties entre 18 villes : certaines sont antiques ou centenaires, d’autres sont contemporaines.

À Marseille, c’est au premier étage de la bibliothèque Alcazar que l’exposition s’est installée. Ici peut-être plus qu’ailleurs, au beau milieu du quartier de Belsunce, le propos de Arts de l’Islam résonne avec justesse. Car qui mieux que la Cité Phocéenne fait dialoguer les cultures orientales et occidentales ? Acid Arab prolonge ce joyeux mélange avec une playlist qui met à l’honneur des artistes touaregs, irakiens, algériens, libanais… Là encore, le passé dialogue avec le présent, et les tontons du oud (fameux luth oriental) comme Munir Bachir, se retrouvent côte à côte avec l’incontournable Omar Souleyman. Tout de suite, nos coups de cœur de l’expo, et en musique.

1 – Masse d’armes d’Henri II
Espagne ou France, 16ème siècle

CAIAS Diego,
Masse d’armes d’Henry II, 1530-1540,
Fer entièrement bruni, damasquiné d’or et réhaussé de détails en argent,
60 x 10 x 10 cm, N°inv : 991/K50
Musée de l’Armée©Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Pascal Segrette

Cet objet date de 1540, et ses ornementations, incrustées d’or et d’argent, témoignent de l’intérêt que portait la haute société de l’époque aux techniques décoratives orientales. Sur l’un des versant de la masse, vous pourrez apercevoir Marseille version 16ème siècle, où le roi épousa Catherine de Médicis.

  • À voir en écoutant Ahmed Malek et Natureboy Flako – “Tape 27 Track 1”

2 – La Part du Lion – Ymane Fakir
France, 2017

FAKHIR Ymane,
1 ensemble de 3 sérigraphies, «The Lion’s Share / Laila Zhor», 2017, FRAC PACA, Marseille, «The Lion’s Share / Laila», 2017,, FRAC PACA, Marseille, «The Lion’s, Share / Khalil», 2017, Marseille,
65 x 50 cm
FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille©Ymane Fakhir - ADAGP, Paris 2021

Si le travail d’Ymane Fakir nous parle souvent de transmission culturelle et d’héritage immatériel, il s’agit là au contraire de succession. En 5 sérigraphies sobres, épurées et à la narration efficace, l’artiste d’origine marocaine raconte l’inégalité d’une société patriarcale jusque dans sa filiation.

  • À voir en écoutant “Les Filles de Illighadad” de Telillite

3 – Peinture sous verre
Syrie, 20ème siècle

Anonyme,
Peinture sous verre – le “mahamal” du pélerinage à la mecque
Peinture, papier métallique, verre
60,4 x 70 x 3,1 cm, N°inv : 2003.172.1
MUCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée©MuCEM, Dist. RMN-Grand Palais / Virginie Louis / Anne Maigret

Cette œuvre, tout droit sortie du fond du Mucem, date de la première moitié du 20ème siècle. Colorée, délicate et très décorative, elle incarne le dialogue entre l’Europe, où s’est développée la technique de la peinture sous verre, et le Proche Orient. On y voit un chameau transportant des offrandes, et une caravane de pèlerins en route pour La Mecque.

  • À voir en écoutant “Vaguement (Haddadi)“ de Alan Strani

4 – Stèle funéraire
14ème siècle

Stèle Funéraire
Tunisie ou Algérie
XIVe siècle
Marbre
63 x 17 x 17 cm
Marseille, Musée d’archéologie méditerranéenne©Musées de Marseille / photo David Giancatarina

Provenant probablement de Tunisie ou d’Algérie, cette stèle funéraire a été découverte près de la Major, cathédrale marseillaise – la petite sœur de la Bonne Mère. Et elle pourrait bien avoir traversé la méditerranée en servant de lest pour le bateau qui l’a emmenée jusqu’à Marseille !

  • À voir en écoutant Bedouin Burger – “تحت الورد”

5 – Carreau au blason et pot de pharmacie 
Valence, 15ème siècle

Anonyme,
Carreau au blason,
Lustre métallique face et revers, céramique, hispano-mauresque,
18,5 x 18,5 cm
N°inv : GL1403
Musée Grobet-Labadié, Marseille
© Musées de Marseille/Photo David Giancatarina©Musées de Marseille/Photo David Giancatarina

Utilisés par les pharmaciens au moyen-âge, pour stocker leurs préparations, ces objets du quotidien racontent l’héritage européen et français des techniques décoratives issues des ateliers arabo-musulmans, alors installés en Espagne et jusqu’à Montpellier.

  • À voir en écoutant “Saba Behoor” de Uper Acid Band et Abo Sahar

L’exposition Arts de l’Islam. Un passé pour un présent” est disponible jusqu’au 27 mars 2022. Toutes les informations sont à retrouver sur le site internet dédié. Les 18 expositions sont en entrée libre.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant