Marseille : Le crew Maraboutage livre ses meilleurs spots de la Cité Phocéenne

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Igo Studio
Le 14.06.2022, à 17h25
05 MIN LI-
RE
©Igo Studio
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Igo Studio
En partenariat
avec
Logo Capture
0 Partages
Avec Dr. Martens, on a demandé à 4 membres du collectif Maraboutage leurs spots préférés pour rider la Cité Phocéenne. Ça a donné une interview chaotique mais riche en bonnes vibes. Spoiler alert : vous ne voudrez plus jamais rentrer.

Par Chloé Roques

Soleil brûlant et dancefloor tout aussi chaud : Maraboutage, c’est l’équipe à connaître si vous cherchez les soirées les plus ambiancées de Marseille. Dinos, Maëlle, Mahelys et Toopiti, 4 danseurs aux looks et aux moves solides, nous guident dans leurs endroits favoris pour manger-boire-danser-fêter. Bref, ils vous livrent les adresses où se sentir libre pour profiter du summer of love 2022.

Avant toute chose, on vous présente nos 4 hôtes. À la terrasse du café où on a rendez-vous pour l’interview, on les voit arriver de loin : outfit flamboyant et Dr. Martens aux pieds, j’étais sûre de ne pas les louper. Coïncidence : leurs looks sont coordonnés. Si ça ce n’est pas une équipe soudée ?! C’est Maëlle qui ouvre le bal. Artiste fraîchement sortie de la Villa Arson, cette performeuse a autant de gouaille que de classe – vous pourrez le constater autant sur les planches du Comedy Club L’Ardus que sur les scènes Maraboutage où elle chauffe la salle comme personne. À sa suite, c’est Toopiti la chorégraphe marseillaise qui s’installe. Danseuse, créative, organisatrice d’event : cette grande de 28 ans manage la scène et lead les danseur.euse.s pour Maraboutage. À côté, elle me raconte son rôle d’atalaku lors de soirées afro : elle prend le micro pour chauffer la foule à coup d’onomatopées, de cris organiques posés sur la musique. Mahelys, danseuse, mannequin et actrice, le chignon plaqué qui fait écho à son passé de danseuse classique au Ballet de Marseille, a rejoint Maraboutage il y a un an. Elle arrive aux côtés de Dino, étudiant aux Beaux-Arts de Marseille et performeur électrique. Son flow est comme une transe, reconnaissable entre mille, qui transmet une énergie quasi-radioactive au public.

©Igo Studio

Un pac à l’eau dans une main et mon micro dans l’autre, je me laisse porter par l’énergie palpable qui circule entre ces artistes. Les rires fusent, les blagues aussi. On échange sur nos parcours, notre rapport à la fête, à Marseille… Marseille? Hey, mais on était pas là pour se parler d’adresses !? Je vous la donne dans le mille : ces personnes savent vivre. Bars, restos, dancefloors… Leurs adresses triées sur le volet nous le confirment. C’est parti pour un question-réponse mitraillette spécial hot-spots Marseillais.

Pastis-panisses : où déguster les meilleurs tapas à Marseille ?

Dinos : À l’Estaque, les Chichis Frégis. De la vraie bonne friture.

Mahélys : Moi j’aime bien aller à La Pointe Rouge, y’a de bons restos typiques Marseillais, poussez la porte ça vaut le coup.

01
©Igo Studio

Le spot pour se sentir libre ?

Tous·tes : Malmousque, le bord de l’eau

Dinos : Montrose, la plage naturiste.

La calanque de Malmousque©DR

Le spot pour trouver l’inspiration ?

Mahelys, Toopiti, Maëlle : La nature, les parcs… On aime se sentir proche des éléments. La campagne Pastré c’est pas mal pour se sentir perdu.e.s, prendre de la hauteur.

Dinos : Le parc du 26ème Centenaire, c’est mon monument à moi.

Le Parc du 26ème Centenaire©DR

Le resto ultime à Marseille ?

Toopiti, Maëlle : Mama Africa, au 15 Cours Julien. Di-rect, pas d’hésitation.

Mama Africa©DR

Le spot qui mérite sa petite suée ?

Toopiti : La Bonne Mère. C’est magnifique, y’a rien à dire.

Dinos : Le Pic de L’Étoile, c’est une rando en Calanque. Bougez du centre de Marseille, visitez les Quartiers Nords, promis ça vaut le détour. C’est la campagne, c’est beau. Ça ne craint pas.

Notre-Dame-de-la-Garde et sa vue©DR

Le meilleur bar pour un before de qualitey ?

Toopiti : Chez le poto Hugo, au Bar des Pêcheurs. La seule bonne raison d’aller sur le Vieux Port.

Le meilleur spot pour s’ambiancer sur une bonne playlist ?

Toopiti : Chez Dancehall Nation. C’est un collectif qui fait souvent des soirées au Nexus Bar. Enjaille garantie

Dinos : Moi j’aime bien traîner à l’Intermédiaire. on peut y entendre des bons DJ comme Ex-hétéro Ex-Hétéra, Sucré-Salté…

Le meilleur dancefloor de Marseille ?

Tous·tes : Celui qu’on crée dans les soirées Maraboutage !

L’adresse pour se colmater l’estomac après une soirée ?

Maëlle : Le Zap, c’est une institution à Marseille. Pas cher, délicieux : ça te cale le bide et c’est ouvert tard. (4 Cours Julien)

Toopiti : Vous trouverez des méchants burgers au Butcher Corner. (1 Boulevard Dugommier)

Le Zap (Chez Madjib)

Le spot pour les lendemains difficiles ?

Maëlle : Le Parc Longchamp. Sieste dans l’herbe. Ça bouge pas.

Dinos : Montrose, à poil. Y’a que ça de vrai.

Le Parc Longchamp©DR

La balade rituelle du week-end ?

Dinos : Montredon – La Pointe Rouge-Montrose. Oui j’adore Montrose.

Toopiti, Mahélys : Balade sur la Corniche Kennedy, classique.

Une reco de collectifs marseillais à suivre ?

Toopiti : Dancehall Nation, le sang.

Dinos : Moi je soutiens à fond l’asso RIFT, qui encadre les migrants LGBTQ. Et j’adore les events de la Maison MST13 qui organise des dragshows.

Maëlle : Atelier Panthéra, force à elleux. Le Garage Comedy et l’Ardus, pas facile de faire du stand up à Marseille alors respect!

Mahélys : Le crew Afrovibes de Maryam Kaba. Et aussi Coco Velten, un bête d’espace de bienveillance et de vivre ensemble.

Le quartier pour trouver des sapes pour aller avec ses Dr. Martens ?

Tous·tes : Les fripes du Cours Ju.

Le Cours Julien

Ton look pour te sentir libre, puissant.e, inarrêtable en Dr. Martens ?

Toopiti : Moi je me sens puissante en noir. Je mets des Dr. Martens depuis gamine, j’aime le cuir, j’aime le noir. Même par 40°C.

Maëlle : Pour être bien, il faut que je sois à l’aise : j’adore associer des pièces d’homme avec des pièces plus féminines. Je reste chic, toujours en noir et blanc, toujours avec les faux ongles. Mec mais femme, sans limites de genre. Assumons-nous bordel !

Mahélys : Toujours avec le string qui dépasse. Une belle paire de talons, un baggy : à l’aise pour danser.

Dinos : La base pour moi c’est les couleurs. Claquettes/sandales ou Dr. Martens + chaussettes. Je passe de coupes très moulantes à des pièces XXXL – mais toujours extra-voyant, extravagant.

01
©Igo Studio
0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant