Marseille : La direction artistique du Ballet National va être confiée au collectif (LA)HORDE

Écrit par Antoine Gailhanou
Le 12.04.2019, à 17h32
02 MIN LI-
RE
©Laurent Philippe
Écrit par Antoine Gailhanou
Suite à l’appel à candidatures lancé en janvier dernier par le Ballet National de Marseille pour recruter son nouveau directeur, c’est le collectif (LA)HORDE qui a été retenu. Une bonne nouvelle pour les amoureux de danse urbaine et innovante.

C’est officiel : le collectif (LA)HORDE va diriger le Ballet National de Marseille pendant quatre ans. En janvier dernier, les anciens directeurs artistiques du Ballet avaient lancé un appel à candidature suite à leur départ, cherchant à davantage orienter la programmation du Centre National de Danse vers la jeunesse. Parmi les six projets retenus, celui de (LA)HORDE – réinventant la danse contemporaine en collaborant par exemple avec des danseurs de jumpstyle, ou actuellement avec un ballet géorgien – semble avoir conquis le jury, qui a unanimement voté pour eux.

   À lire également
Qui est (LA)HORDE, ce collectif qui fait entrer le jumpstyle et la musique hardcore au théâtre ?

La ville de Marseille pourra profiter des chorégraphies audacieuses du collectif mené par Marine Brutti, Arthur Harel et Jonathan Debrouwer, dès leur prise de fonction en septembre. Ils ouvriront notamment un pôle vidéo et un pôle performance en plus de la création plateau, ce qui « permet de sortir du cadre de représentation scénique et de pouvoir aller dans des espaces urbains ou des musées », explique Jonathan. L’objectif : « ouvrir la représentation » des danseurs, en invitant différents chorégraphes contemporains en plus de leurs propres créations, « pour que d’autres artistes interrogent ce qu’est un ballet aujourd’hui », poursuit Jonathan. « Le ballet de Marseille ne sera pas un lieu dédié à la techno », précise-t-il, mais celle-ci pourra y trouver sa place à certaines occasions.

Alors que la Philharmonie de Paris accueille avec enthousiasme la grande exposition Electro, on ne peut que se réjouir ici de cette nouvelle ouverture d’une institution publique vers la culture électronique, même si les œuvres de (LA)HORDE couvrent bien d’autres spectres.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant