Made in France : 5 marques françaises du son qui font la fierté de notre pays

Écrit par Fouad Bencheman
Le 14.07.2016, à 18h18
05 MIN LI-
RE
Écrit par Fouad Bencheman
0 Partage
Chaque année, le 14 juillet est une litanie de symboles qui s’égrène avec la régularité d’un coucou suisse. Défilés, discours, bals dansant et enfin feux d’artifices. Par cette commémoration de la Fête de la fédération de 1790, le gouvernement rend, le temps d’une journée, honneur à ces forces vives de la Nation. À la rédaction, nous avons décidé de remercier nos fiers représentants dans le domaine du son. Ces marques qui portent haut et fort dans le monde notre savoir-faire dans la construction d’objets musicaux. Cocorico !

Devialet, le pape de l’audio haut de gamme

Créée en 2007, Devialet a presque l’allure d’un nouveau riche tant la marque fait actuellement du bruit dans le landerneau un tantinet conservateur de la Hi-Fi française. Une sorte de Rastignac du son qui accepte sans sourciller d’être distribué entre autres par Apple « himself » sur le territoire américain. Cette entreprise affichait en 2015 un chiffre d’affaire de 33 millions d’euros et qui va au « moins doubler en 2016 », selon les dires de son co-fondateur Quentin Sannié. Une réussite exponentielle qui s’explique par un savant mélange entre marketing à l’américaine et ingénierie acoustique made in France.

Leur produit phare ? La Phantom Gold

Enceinte Phantom Gold de Devialet

Présentée à la presse début juillet, cette évolution haut de gamme du modèle Phantom sorti début 2015 intrigue de prime abord. D’un point de vue design, le changement est proche du néant. Le syndrome Apple ? Sortir des évolutions de ses produits qui n’ont d’évolutif que la formule publicitaire ? Dieu merci, lorsque l’enceinte s’est mis en branle, nous avons vite été rassurés. Cet OVNI ovoïde est un monstre de puissance qui envoie 4 500 watts, embarque un ampli, un tweeter en titane et propose une bande passante entre 14 et 27 kHz. Le niveau sonore peut atteindre de son côté 108 décibels !

L’avis de la rédaction

Elle est belle, elle propose un son unique et elle coûte chère. Certains estimeront que cette enceinte « bling-bling » n’est qu’une lubie temporaire pour habiller les lofts et les hôtels particuliers de certains arrondissements parisiens. Ils n’auront pas forcément tort. Mais pour l’avoir eu sous la main à la rédaction, le résultat d’écoute est plus que bluffant. Pour tout avouer, on a essayé de trouver un qualificatif dans notre dico des synonymes pour vous aider à vous faire une idée. Mais nous n’avons rien trouver de concluant. 

Prix : 2 700 euros
Disponible : ici

Aëdle, l’irréductible breton fabricant de casque

En danois, Aëdle se traduit par le mot « précieux ». Une ode à l’artisanat acoustique plutôt qu’au Golum du Seigneur des anneaux, rassurez-vous. Crée en 2011 par deux jeunes diplômés d’école de commerce, cette start-up a en horreur le concept de « travail à la chaîne ». Pour preuve, chaque casque est confectionné à la main dans un atelier breton. Avant de trouver la bonne formule avec leur casque VK-1, nos deux jeunes entrepreneurs ont conçu pas moins de 25 versions différentes. Comme quoi être têtu à parfois du bon.

Leur produit phare ? Le casque Aëdle VK-1

Casque Aëdle VK-1

Ce casque avait déjà attiré notre attention lors de notre numéro d’été 2015 (avec Seth Troxler en couverture !). D’abord pour son design, il respire la sobriété chic. Cuir, aluminium et oreillettes recouvertes de peau d’agneau, on peut difficilement faire plus noble en terme de  matériaux pour un casque. Mais aussi pour son acoustique, bien équilibré il convient à l’écoute de tout style de musique.

L’avis de la rédaction

Le produit n’est pas nouveau, mais il reste un de nos casques préférés à la rédaction. Il attire l’œil sans l’agresser et berce les tympans sans les assaillir. Le côté familial et artisanal d’Aëdle a un avantage indéniable : chaque produit est d’une qualité rare pour ce prix. Mais un gros inconvénient : pas de date de sortie pour un prochain casque pour le moment. Pour se consoler, dites-vous que le VK-1 se trouve désormais à prix réduit.

Prix : 282 euros

Disponible : ici

Cabasse, le Paul Bocuse du haut-parleur

Il y a peu de marques françaises capable de faire autant l’unanimité dans le monde du son haute-fidélité. Présente dans une quarantaine de pays sur les cinq continents, la marque française fondée dans les années 1950 par Georges Cabasse est respecté de tous, même par la concurrence. Sous couvert d’anonymat, un directeur-produit d’une célèbre marque anglaise de son n’hésitait pas un jour à nous avouer à demi-mot que Cabasse représente pour lui « le Paul Bocuse du haut-parleur ». C’est beau !

Leur produit phare ? Enceintes MT360 Jersey

Enceintes MT360 Jersey

Avec une histoire aussi longue et une flopée de produits qui ont chacun en leur temps révolutionné le monde du son, il est bien difficile de trancher. C’est comme nous demander d’un coup à à brûle-pourpoint notre track préféré de Carl Cox… Notre choix se porte finalement sur un produit plutôt grand public au design rétro : les enceintes colonne MT360 Jersey. Capable de s’intégrer à n’importe quel système Hi-fi existant les MT360 deux haut-parleurs de grave-médium de 17 cm et un tweeter monté dans un pavillon spécifique.

L’avis de la rédaction

Cabasse est une marque qui plaît à tous les niveaux de la chaîne alimentaire du son : du curieux à l’audiophile fortuné en passant par l’aficionado de matériel au porte-monnaie restreint. Toujours dans l’air de son temps, l’entreprise dispose même d’un centre de recherche destiné à l’innovation et au test de ses produits. Un endroit que nous aimerions visiter lors d’un reportage photo. L’e-mail est envoyé, nous vous informerons rapidement de leur réponse.

Prix : 349 euros
Disponible : ici

Focal, le Français résolument international

Crée en 1979 dans le Forez, Focal a très rapidement compris que pour vendre des enceintes haut de gamme à prix exorbitant, l’exportation était le seul moyen viable. Il est d’ailleurs amusant de voir que les Japonais sont incollables sur le catalogue de la marque, tandis que chez nous la marque s’évoque entre initiés. Hormis sa gamme de casque grand public, la marque reste tout de même inaccessible pour le commun des porte-monnaies. Un brin d’arrogance assez séduisant et bien français.

Leur produit phare ? Le casque Spirit One

Focal Spirit de Focal

La logique aurait voulu que notre choix se porte l’enceinte Grande Utopia sortie en 1996 et considérée encore à ce jour par de nombreux experts comme une des meilleures enceintes au monde. Mais bon voila, cette paire d’enceintes vaut 130 000 euros. Pour rester pragmatique, nous avons donc choisi une (autre) valeur sûre de la marque, à savoir son casque Spirit One. Qualités dynamiques, largeur de la bande passante et niveau de détail élevé sont au rendez-vous, pour un prix très doux. 


L’avis de la rédaction

Enceinte, casque mais aussi système audio pour voiture, le Français a annoncé en avril dernier d’année qu’il allait intégrer des enceintes chez de grands constructeurs, via des partenariats avec les marques DS, Peugeot et Alpine, la marque sportive de Renault. Un moyen de faire encore perdurer son goût pour l’exportation.

Prix : 124 euros
Disponible : ici

Elipson, le doyen immortel français de la Hi-Fi

Fondée en 1938, l’entreprise n’a cessé d’innover et de s’inscrire dans le patrimoine sonore français. Pour ne citer qu’un exemple : l’enceinte bs50, qui sonorisait les discours du Général De Gaulle et trônait à la Maison de Radio France. Cette enceinte au design étrange avec son réflecteur en hauteur. Pourtant l’entreprise accuse le coup au début des années 1990 et vivote dangereusement sans ressortir de nouveaux produits.

Leur produit phare ? La Platine vinyle Omega 100

Platine Elipson Omega 100

Pour faire parler de soi, il faut avoir un avantage concurrentiel. On vous a présenté en test hier la première platine vinyle capable de numériser vos vinyles en HD, et bien Elipson propose de son côté la première platine au monde capable de transmettre le son par onde Bluetooth. La Omega 100 est intégralement imaginé, développé et fabriqué en France. Une platine que l’on peut connecter sur une enceinte sans-fil pour écouter ses galettes. Si le principe séduit nous attendrons un test plus approfondi, pour nous prononcer sur le résultat sonore.

L’avis de la rédaction

En 2008, Elipson se trouve en liquidation judiciaire au plus grand dam des amoureux du son. Heureusement pour les générations futures, un entrepreneur du nom de Philippe Carré, rachète de justesse la marque. Pour se refaire une santé, Elipson capitalise depuis sur la ré-édition de ses produits cultes et se tourne vers le monde des platines vinyles.

Prix : 399 euros
Disponible : ici

0 Partage

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant