Lyon : L’Opéra invite 3 grands chorégraphes à réinventer le lien entre danse et musique

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Cavalca
Le 01.09.2021, à 15h34
03 MIN LI-
RE
©Cavalca
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Cavalca
0 Partages
Le Ballet de l’Opéra de Lyon nous livre son interprétation de N.N.N.N. de William Forsythe, Solo for Two de Mats Ek et Die Grosse Fuge d’Anne Teresa de Keersmaeker, à l’occasion de la soirée de rentrée programmée à la Maison de la Danse.

Par Belinda Mathieu

« Voir la musique et entendre la danse », ces mots du chorégraphe George Balanchine pourraient être le fil rouge de la programmation de rentrée de l’Opéra de Lyon. William Forsythe, Mats Ek et Anne Teresa de Keersmaeker, trois grands noms qui ont marqué le paysage chorégraphique de la deuxième moitié du XXe siècle, sont à l’honneur cet automne à la Maison de la danse. Le Ballet nous dévoile trois de ses pièces emblématiques, qui sont autant de relations entre musique et danse. 

La soirée s’ouvre sur N.N.N.N. (2002), de l’Américain William Forsythe, qui œuvre depuis la fin des années 70 à déconstruire la danse classique à travers une approche expérimentale. Dans ce quatuor masculin –  qui fait en septembre son entrée au répertoire du Ballet –  la mélodie émane des corps à travers souffle, voix et claquements. Tout commence très simplement sur bras d’un danseur qui se balance. Ce swing initial se transforme crescendo en un jeu complexe, où se déploient avec puissance des corps élastiques. Une pièce réjouissante qui ne cesse de surprendre par la justesse de son écriture, qui fait la part belle aux chutes et aux rebonds. 

Vient ensuite Solo for Two du Suédois Mats Ek, qui, à la même période que Forsythe, dévoilait des oeuvres à forte teneur théâtrale, qui laissent le loisir aux danseurs de faire surgir toute une palette d’émotions. Au répertoire de l’Opéra de Lyon depuis 1998, cette pièce trouve son origine dans un film de danse, Smoke réalisé en 1995 par le chorégraphe, qui mettait en scène l’ancienne étoile de l’Opéra de Paris Sylvie Guillem. Dans ce duo qui narre les tourments d’un couple, on découvre une danse virtuose qui fait surgir l’attachement, le manque et la douleur à travers une expressivité hors norme. Et son écriture intense est rythmée par les notes du compositeur estonien Arvo Pärt, qui souligne avec ardeur sa puissance émotionnelle. 

La soirée se clôt sur la fluidité hypnotique de Die Grosse Fuge d’Anne Teresa de Keersmaeker, grande artiste belge des années 1980 et 1990, dont toute l’œuvre gravite autour de la musique. Calqué sur la partition du quatuor la Grande Fugue op.133 de Beethoven, cette chorégraphie virevoltante donne à voir la musique à travers huit corps, de danseurs et danseuses. Tous affublés de pantalons de costume et de chemises blanches, les interprètes devenus androgynes sont lancés dans une course effrénée, légère et badine, qui fait sonner dans le geste les nuances les plus subtiles de l’œuvre du compositeur allemand. 

Ces trois propositions à l’écriture ciselée et puissante sont aussi un challenge d’interprétation pour les membres du Ballet, qui continuent à faire vivre ce répertoire, toujours aussi pertinent aujourd’hui : « Si la fonction de l’interprète est de faire retentir l’écriture toujours singulière d’un chorégraphe, je défends que ce “faire retentir” est une écriture, l’espace d’un travail. Car si ces écritures vibrent encore ici et maintenant,  c’est grâce aux interprètes qui les rendent contemporaines. » conclut Julie Guibert, directrice du Ballet de l’Opéra de Lyon. Et au fil de ce programme réjouissant, les danseurs du ballet nous font traverser avec grâce et virtuosité tout un pan de la modernité chorégraphique.

W. Forsythe/ M. Ek/A. T.  De Keersmaeker – N.N.N.N. / Solo for Two / Die Grosse Fuge par le Ballet de l’Opéra de Lyon. Du 14 au 18 septembre à la Maison de la Danse – Lyon 8e. Toutes les informations sont à retrouver sur le site de l’Opéra de Lyon.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant