Les tips de 6 DJ’s pour faire la fête toute la nuit complètement sobre

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Bart Heemskerk
Le 05.02.2019, à 14h39
03 MIN LI-
RE
©Bart Heemskerk
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Bart Heemskerk
Enchaîner les nuits blanches en toute sobriété ? Question d’entraînement. La preuve avec les DJ’s The Black Madonna, Norman Nodge, Jennifer Cardini, Louisahhh, Jeremy Underground et François X qui partagent aux lecteurs de Trax, leurs trucs et astuces pour rester en forme pendant et entre les soirées.


Cet article est un court extrait d’une interview croisée publiée dans le numéro 218 (février 2019) de Trax, consacré aux fêtes sans excès. Le numéro, qui inclut également des enquêtes sur les fêtards accros au thé, le “conscious clubbing” prôné par le mouvement Ecstatic Dance et un portrait du raveur sobre Bradley Gunn, est disponible en kiosque et sur le store du magazine.

Passer ses nuits dans les clubs du monde entier a de quoi faire rêver. Pourtant, la fatigue cumulée et les excès auxquels le mode de vie des DJ’s peut conduire peuvent vite s’avérer compliqués à gérer. Six d’entre eux, habitués de ces problématiques, témoignent pour Trax et partagent leurs astuces pour réussir à enchaîner en toute tranquillité soirée sur soirée, tout en conservant une bonne hygiène de vie. De quoi permettre aux clubbers de se lever du bon pied en semaine et partir motivés (ou presque) au boulot. Entretiens avec Norman Nodge, résident du Berghain la nuit et avocat le jour, Louisahhh, cofondatrice du label RAAR, la pionnière des années folles du Pulp Jennifer Cardini, le DJ funk et deep house Jeremy Underground, l’infatigable The Black Madonna et le résident de Concrete François X.

Avant

Tenir toute une nuit en club nécessite tout d’abord un minimum de préparation physique et mentale. Les DJ’s, pour qui il s’agit d’une routine, l’ont bien compris. Juste avant un set, Louisahhh « essaie de limiter les contacts humains et fait une bonne sieste ». Ses habitudes lui permettent de garder ses repères : « Je vais me réveiller une heure avant, prendre de la caféine, me maquiller, faire quelques étirements et écouter des podcasts. » Pour Jennifer Cardini et Jeremy Underground, cette mise en condition doit être un travail de tous les jours. « Le plus important pour moi est d’avoir une bonne hygiène de vie la semaine. Faire du sport est devenu essentiel, cela m’apporte l’énergie dont j’ai besoin le week-end. Faire de la méditation m’aide aussi contre le stress et le manque de sommeil. », confie Jennifer.

Pendant

Pas facile en revanche de conserver énergie et motivation durant toute une nuit lorsque l’on fait le choix de rester sobre. Un défi qui n’effraie pas pour autant Jennifer Cardini ou François X, pour qui l’ambiance du moment doit être le moteur principal lorsque l’on s’apprête à danser jusqu’au petit matin : « C’est surtout la musique qui m’enivre et me tient en haleine. », explique François X. Même son de cloche pour Norman Nodge : « L’énergie vient du rythme de la musique. La façon dont je mixe me garde aussi éveillé, j’ajuste continuellement en fonction des réactions de la foule. » Une méthode qui permet également au public de ne pas être victime d’une certaine monotonie. 

Et même s’il est difficile dans les conditions d’un club de résister à la tentation de l’alcool ou des drogues, tous semblent affirmer que les (mauvaises) expériences passées doivent servir de leçon pour ne pas replonger. « Quand je prenais des drogues, je n’étais pas capable d’agir en professionnelle. La sobriété a amplifié ma vie. », confie Louisahhh, l’une des rares DJ’s à avoir parlé ouvertement de son expérience d’addict. Pour François X, tout a changé du jour au lendemain : « J’ai fait un coma éthylique à 17 ans. Depuis, plus d’alcool. Jamais de drogues non plus. » Même dégoût du côté de Jeremy, qui avance en plus l’argument (inébranlable) de l’âge : « Je résiste à la tentation en pensant aux lendemains horribles post-drogue ou post-grosse cuite. Quand tu as 20 ans, ton corps encaisse. Passé la trentaine, c’est une autre histoire. »

Après

Après l’effort, le réconfort ? À la fin d’une soirée, chacun a ses techniques pour recharger les batteries. Pour The Black Madonna, l’immanquable cure de sommeil s’accompagne d’une thérapie de réhydratation et de vitamines : « Par le passé, j’étais tout le temps malade à cause de saloperies auto-immunes. » Déconnecter est aussi essentiel selon Jeremy Underground : « J’essaie de limiter l’ordi et le téléphone, si possible. » Si tous évoquent l’importance de se reposer, le sport n’est cependant jamais très loin. « Marcher, nager, boire beaucoup d’eau… », tel est le programme de remise en forme de Jennifer Cardini. Pour Norman Nodge en revanche, la séance d’exercices se passe dans la chambre à coucher : « Une douche, un dodo, du sexe (marital). » Un ultime conseil que beaucoup de fêtards seront ravis d’appliquer à la lettre.

L’intégralité de l’interview est à retrouver dans le numéro 218 (février 2019) de Trax, disponible en kiosque ou sur le store du magazine.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant