Les line ups de festivals électroniques contiennent 3 fois plus de femmes qu’il y a 10 ans

Photo de couverture : ©D.R.
Le 08.03.2022, à 15h55
02 MIN LI-
RE
©D.R.
Photo de couverture : ©D.R.
0 Partages
Comme tous les ans le 8 mars, female:pressure publie son rapport rendant compte de la proportion d’hommes, de femmes et d’artistes non-binaires représenté.e.s sur les scènes de nos festivals de musique électronique internationaux. Cette année, la progression continue mais la parité n’est toujours pas en vue.

Chaque année depuis 2013 à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le réseau female:pressure publie une étude visant à quantifier la proportion d’hommes, de femmes, d’artistes trans et non-binaires booké·e·s sur les festivals de musique électronique dans le monde. Le rapport FACTS 2022, disponible en ligne gratuitement, comprend également une section sur la diversité au sein de ces line up, rendant compte des questions de racisme ou d’âgisme présentes dans nos sphères.

Cette année, le rapport s’établit sur les données de 159 festivals ayant eu lieu en 2020 et 2021 dans 48 pays du monde entier (les deux dernières années étant couplées à cause de la pandémie). On y observe une proportion de 59% d’hommes sur les line ups, contre 27% de femmes, 9% de performances mixtes et 1% d’artistes non-binaires (les 4% restant correspondent à des artistes dont le genre reste non-indentifié). L’intérêt majeur de ces rapports annuels est qu’ils permettent d’observer l’évolution de la mixité au sein des programmation tout au long de la dernière décennie. Certes, la parité n’est pas encore atteinte en 2021, mais les line ups sont désormais composés à 28% d’artistes femmes contre seulement 9% en 2012, soit 3 fois plus qu’il y a dix ans.

01
Représentation des genres dans les programmations de festivals en 2020 et 2021
©Elisa Metz

Le rapport détaille également comment cette répartition se fait en fonction des continents, des pays, de la taille des festivals, de leur financement et de leurs programmateurs. On apprend notamment que les événements à grande capacité sont plus enclins à booker un nombre supérieur d’hommes, et que les événements au financement public et les événements dont l’équipe programmatrice est composée de femmes sont plus à même de booker un nombre plus important d’artistes femmes et non-binaires. L’étude montre ainsi une croissance lente mais régulière du nombre de femmes et d’artistes non-binaires représenté.e.s dans nos festivals. Toutefois, ces dernier.ère.s ne représentant qu’un peu plus d’un quart de l’ensemble des artistes programmés, le rapport démontre qu’il existe encore aujourd’hui un déséquilibre important dans la représentation des sexes sur les scènes des festivals de musique électronique.

L’intégralité de ce passionnant rapport est à consulter gratuitement sur le site de female:pressure.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant