Les immenses James Blake et Ryoji Ikeda mettent en musique deux ballets à l’Opéra de Paris

Écrit par Erwan Lecoup
Le 19.09.2019, à 16h22
02 MIN LI-
RE
©Ann Ray / OnP
Écrit par Erwan Lecoup
0 Partage
Du 19 septembre au 15 octobre, l’Opéra national de Paris allie les musiques électroniques aux chorégraphies néo-classiques et contemporaines pour la représentation de deux œuvres originales. Ces dernières regroupent pour l’occasion le scénographe Hiroshi Sugimoto, les chorégraphes William Forsythe et Alessio Silvestrin, ainsi que les musiciens Ryoji Ikeda et James Blake.

Tandis que le savant mélange entre les univers de la musique électronique et du ballet d’opéra classique semble être à la tendance ces dernières années, l’Opéra national de Paris du Palais Garnier propose un nouveau spectacle alliant ces deux mondes, du 19 septembre au 15 octobre.

Chaque représentation sera composée de deux courtes pièces. La première, At the Hawk’s Well, d’après William Butler Yeats, est scénographiée par l’artiste plasticien et photographe contemporain japonais Hiroshi Sugimoto, qui collabore pour la première fois avec l’Opéra de Paris. Il est accompagné de l’Italien Alessio Silvestrin pour assurer une chorégraphie néo-classique sur la musique originale du compositeur japonais Ryoji Ikeda. Habitué des installations digitales et numériques, ce ponte de la musique électronique concrète et expérimentale travaillera un univers sonore et visuel propre à son image dans lequel évolueront les danseur.se.s. Le créateur de mode américain Rick Owens, quant à lui, s’est chargé de la réalisation des costumes pour l’occasion.

La seconde performance Blake Works I est réalisée par l’américain William Forsythe (à la chorégraphie, scénographie, costumes et lumières), qui livre sa dernière pièce pour le Corps de Ballet de l’Opéra. On y retrouvera « sa signature si particulière, dans une chorégraphie qui brille par sa vélocité et son énergie », comme le décrit l’Opéra de Paris sur son site. Ce ballet sera mis en avant grâce à la sélection originale des compositions du producteur James Blake. Du haut de ses quatre albums solo, jonglant entre dubstep, pop et soul depuis le début de sa carrière, l’Anglais prouvera qu’il est aujourd’hui passé maître dans l’art de la mise en scène électronique musicale.

Les danseur.se.s de renoms tenant les rôles principaux, tels que Ludmila Pagliero, Hugo Marchand, Alessio Carbone ou Léonore Baulac seront accompagnés des Étoiles, des Premiers Danseurs et du Corps de Ballet de l’Opéra de Paris, selon la représentation. À noter que cet événement est une collaboration avec la Odawara Art Foundation, basée au Japon et créée par Hiroshi Sugimoto.

Toutes les informations et la programmation sont à retrouver sur le site internet de l’Opéra de Paris.

0 Partage

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant