Les clubs parisiens signent une tribune contre la réouverture des voies sur berges à la circulation

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Vivre le Marais
Le 26.02.2018, à 18h06
02 MIN LI-
RE
©Vivre le Marais
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Vivre le Marais
Du quai des Tuileries au port de l’Arsenal, les Parisiens et touristes se déplacent librement à pied depuis avril 2017, suite à la fermeture des voies sur berges de la rive droite par la mairie de Paris. Un projet qui n’en finit pas de déchaîner les passions, ravivées par la récente décision du tribunal administratif de Paris d’invalider l’étude d’impact qui avait attesté de “l’intérêt général” du projet. De nombreuses voix s’élèvent pour défendre malgré tout la piétonnisation et sa portée culturelle. Trax relaie ici une tribune pilotée par le GECBS (Groupement des Établissements Culturels des Berges de la Seine) ; parmi ses signataires, plusieurs clubs et bars bien connus de la capitale.


Par Michel Pilot

La décision par le tribunal administratif de Paris d’annuler la fermeture à la circulation automobile des voies sur les berges de la rive droite de la Seine est vécue par l’ensemble des cosignataires de cette tribune comme ”Le syndrome du Titanic”.

Régulièrement les évènements climatiques confirment que nous nous dirigeons chaque jour qui coule vers des perturbations provoquant d’immenses préjudices à nos vies. Qui objectera aujourd’hui que le fléau de la pollution dans les villes est principalement dû au trafic automobile ? 

La décision par Anne Hidalgo de fermer à la circulation automobile la voie Georges Pompidou, de l’entrée du tunnel des Tuileries à la sortie du tunnel Henri IV et la création d’une promenade publique sur le même emplacement s’inscrit avec une volonté déterminée de diminuer les voitures dans la capitale pour assurer le bien-être des Parisiens.

C’est avant tout un bon sens au regard de la situation particulièrement sensible dans les villes, spécialement à Paris. En 2017, on a compté 129 jours d’indice de pollution atmosphérique moyenne ou élevée sur l’agglomération parisienne. Si la pollution dépend de la topographie et des conditions météorologiques (une voiture consomme en ville quatre fois plus que sur autoroute), nous sommes convaincus que la réduction de la place de la voiture dans Paris permettra de vivre dans un environnement plus respirable.

Le choix d’avoir fermé il y a quelques années les berges à la circulation automobile sur la rive gauche de la Seine est une réelle réussite, elle a su réinventer et créer un lieu intelligent qui répond parfaitement aux aspirations des modes de vie et de consommation de la vie des citoyens d’aujourd’hui, sans compromettre celui des hommes de demain, en respectant l’environnement.

Grâce à leur piétonnisation, les berges de Seine sont devenues un lieu de convivialité incomparable pour les Parisiens, de jour comme de nuit. C’est aussi grâce à cette piétonnisation qu’ont pu se développer et s’installer restaurants, salles de concert, clubs, qui font des bords de la Seine un lieu culturel et festif.

Pour toutes ces raisons, nous considérons que la décision du tribunal administratif de Paris est un retour en arrière, elle compromet et gâche la vie des citoyens. C’est pourquoi nous soutenons pleinement la Maire de Paris, Anne Hidalgo, à faire appel de ce jugement et nous appelons à une journée de soutien festive et conviviale, le samedi 10 mars prochain à partir de 15h sur le quai rive droite, qui se poursuivra par une soirée de soutien de la rive gauche à la rive droite dans la soirée.

Cette tribune est lancée à l’initiative du GECBS (Groupement des Établissements Culturels des Berges de la Seine).

Signataires (au 1er mars 2018) :

Altermundi
Bal de La Marine
Canal en Seine
Concrete
Concorde Atlantique
Flow
Garage
La Javelle
Mozza & Co
Petit Bain
Scilicet
Rosa Bonheur sur Seine

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant