Le sublime Aftersun sur la masculinité, les émotions réprimées et la paternité, arrive en salle

Écrit par Clarisse Prevost
Le 14.11.2022, à 16h12
02 MIN LI-
RE
Écrit par Clarisse Prevost
0 Partages
Aftersun, film réalisé par Charlotte Wells et qui a remporté le prix du Jury au Festival de Cannes cette année, est une histoire de paternité, de répression et complexité émotionnelle et d’amour.

Aftersun – qui a été premièrement présenté à la Semaine de la critique du Festival de Cannes, où il a remporté le prix du jury — est le premier long-métrage de la cinéaste écossaise Charlotte Wells. On y découvre l’acteur émérite Paul Mescal – révélé dans la série acclamée Normal People – dans le rôle de Calum, père de 30 ans affectueux et dévoué à sa fille de 11 ans, Sophie – interprétée par la talentueuse actrice britannique Frankie Corio – qui se rappelle 20 ans plus tard de leurs vacances d’été à Istanbul. Alors qu’elle est encore adolescente, son père décède. Elle repense avec tendresse et interrogation – sous forme de flash-backs – à sa personnalité comme à leur relation.

On y découvre des personnages sensibles dont les émotions sont principalement vécues, contenues de l’intérieur. Calum cache en effet un fond dépressif causé par la rareté des moments de partage avec sa fille, ici contrasté par un cadre touristique et ensoleillé. En l’absence de Sophie, il se livre à des sanglots frénétiques. Sophie – plus grande – regarde ses souvenirs, comprend les nuances qu’elle ne saisissait pas à l’époque et constate les fissures de son père. Prenant contexte dans les années 1990, les réminiscences de Sophie sont incarnées à l’image par les clichés d’un polaroïd, faisant d’Aftersun un film véritablement photographique, magnifié par une bande originale d’exception.

Aftersun sortira dans les cinémas britanniques le 18 novembre et en France le  1er février 2023. 

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant