Le premier générateur de bruits de relaxation personnalisables est là

Écrit par Antoine Kharbachi
Le 12.10.2015, à 17h12
03 MIN LI-
RE
Écrit par Antoine Kharbachi
0 Partage
Le module myNoise dispose de finalités multiples ; médicale, récréative, sociale et professionnelle. Un outil nécessaire, à la valeur considérable.

« Ce site internet constitue l’aboutissement du travail d’un chercheur passionné, qui s’évertue à aider les autres du mieux qu’il peut. » A l’initiative de Stéphane Pigeon, ingénieur de recherche et développement, le module myNoise dispose de finalités multiples ; médicale, récréative, sociale et professionnelle.

Ses idéaux se matérialisent sous la forme d’un outil technologique performant, favorisant l’immersion, la concentration et l’état de sommeil, en atténuant les nuisances sonores à l’entour. Par le biais d’une multitude de sons enregistrés çà et là de par le monde (selon la méthode employée par Jack Terry dans Blow Out, à l’exception des événements dramatiques), myNoise tend à améliorer la productivité et le bien-être de tout un chacun – à domicile, dans un lieu public et sur son lieu de travail. 

« Le fait de se laisser bercer par les sonorités des générateurs myNoise dans un environnement silencieux fait sens. Cela s’avère d’autant plus recommandé qu’un tel espace permet d’en apprécier davantage la qualité sonore. » Le système confectionné par l’ingénieur bruxellois prévoit la correction et la diminution de certains troubles auditifs (notamment l’hyperacousie et les acouphènes), des troubles du déficit de l’attention (avec ou sans hyperactivité), des crises d’angoisse et de panique

mynoise

« Si vous utilisez des sons blancs, roses ou marrons pour étouffer un bruit dérangeant, produit par vos voisins ou par des acouphènes, ce qui vous importe réellement, c’est l’efficacité du procédé, le fait que le son choisi puisse dissoudre toute nuisance sonore. »

La banque de sons s’étend au travers de dix catégories, parmi lesquelles les variétés naturelles (pluie, fine ou diluvienne, ronronnement d’un chat, sifflement du vent, feu de cheminée, clapotis et grondement de l’océan), synthétiques (bruits blancs et gris), industrielles (centre de données, chemins de fer, feux d’artifice, aquariums, craquements de vinyles), spatiales, réelles ou virtuelles (église, ferme, donjon et champ de bataille d’un RPG, grincements d’un bateau à voile), drones (chœurs tibétains, cornemuse et didgeridoo, plusieurs sortes de nappes, imaginant notamment le son produit par des étoiles, des glaciers et des aurores boréales), motifs et voix (horloge mécanique, transe africaine, terminal d’aéroport, café et restaurant).

Si les internets fourmillent d’une quantité infinie de projets analogues, produisant autant de sonorités d’ambiance (notamment sur Youtube), myNoise en diffère néanmoins, privilégiant l’interaction entre ses composants et ses utilisateurs. 

Selon l’exemple du paysage enneigé, le son d’ambiance se décompose ainsi en dix sonorités parfaitement distinctes (des bruits de pas dans la neige, la pluie et le vent, les corbeaux, le ruissellement d’un cours d’eau et la fonte des glaces). L’utilisateur peut dès lors influer sur le niveau sonore d’un élément particulier – l’isoler, l’annuler, l’accentuer ou le dissimuler, selon son désir et son niveau d’audition. 

Le procédé permet ainsi de modeler le son en fonction de sa sensibilité et de son ouïe. Un outil nécessaire, à la valeur considérable – disponible sur Mac OS / Microsoft Windows et assorti d’une application gratuite (iPhone, iPod, iPad et bientôt sur Android). Chaque son personnalisé, téléchargeable en ligne (dans l’onglet « Online noises« ), est disponible à l’achat – le prix étant relatif à la durée : de 2$ pour trois minutes (statique) à 15$ pour une heure (animé). Mais pour ce qui est des sons dits plus « médicinales », ils sont disponibles gratuitement.

« myNoise est disponible gratuitement, et il en est de même pour les différents générateurs de sons. En réalité, vous pouvez presque tout avoir, gratuitement. Cela concerne les outils essentiels de traitement de troubles sérieux, comme les acouphènes, l’ADHD et les crises de panique. Le reste – que je considère comme la garniture – constitue un bonus, pour récompenser d’éventuels soutiens financiers. »

ALLER SUR MYNOISE.NET

0 Partage

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant